Accueil > Critiques > 2012

El Perro Del Mar - Pale Fire

mardi 13 novembre 2012, par marc

Sous Lykke


Rappeler les épisodes précédents est souvent l’occasion de faire des demi-critiques, de ne parler que par comparaison. Mais dans le cas qui nous occupe, ne rien savoir de l’œuvre d’El Perro Del Mar ou avoir succombé à ses premiers albums jette un éclairage radicalement différent sur celui-ci. Ce qui ne risque pas de varier, par contre, c’est l’impression d’ennui qui s’en dégage.

Avec un look de Francoise Hardy qu’on aurait quand même envie de laisser chanter, Sarah Assbring nous avait fait fondre pour son univers doux et cruel, sa fausse fragilité et des mélodies qui fondaient dans l’oreille. Les femmes qui se plaignent en chantant peuvent être passionnantes. Si Beth Gibbons par exemple vous émeut, vous le savez déjà. C’était en tous cas un de mes moments préférés de 2006. Le second album était encore plus évanescent que le premier, et avait globalement moins plu (j’étais d’accord avec les gens pour le coup). La voir avec autant de confiance est surprenant.

L’apport de synthés et boite à rythmes en tout genre tient donc plus du gadget. I Carry The Fire pourrait décoller pourtant, mais l’aspect pop enjoué est tué dans l’œuf. La rythmique entraine un changement important qui aseptise le tout et ce ne sont pas les intros très datées ‘années ‘90’ qui vont arranger ça (Walk On By). Le charisme vocal était manifeste à la base, mais il faut pour cela qu’on lui laisse de l’espace. Maintenant, Assbring chante comme un succédané de Lykke Li. D’ailleurs, on ne sera pas surpris d’apprendre que cette compatriote a collaboré à cet album. C’est là aussi qu’on se rend compte que Lykke Li arrive à transcender son genre, à sortir des morceaux forts.

A partir de quand un contre-emploi devient-il contre-productif ? A partir de quand on se rend compte qu’on nage à contre-courant de ses qualités de base ? Évidemment, j’ai été surpris par cet album d’El Perro Del Mar mais il faut toujours éviter les jugements hâtifs et laisser à l’artiste la liberté d’évoluer. Le souvenir de ce qu’on a aimé chez El Perro Del Mar tient sans doute une part importante dans la déception causée par ce Pale Fire (allusion au livre du même nom de Nabokov ?). Mais objectivement, sans la connaitre, je ne pense pas que je me serais imposé plusieurs écoutes. Parce que cet album évanescent est tout lisse et tout plat. Alors qu’elle avait un style bien à elle, la voilà qui singe ce que d’autres font bien mieux qu’elle. C’est l’album de Lykke Li qu’on n’aimerait pas entendre en d’autres termes. Pourtant, cet album est agréable, mais manque d’enjeu pour ne pas se cantonner à la musique de fond.

http://www.elperrodelmar.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des (...)