Accueil > Musique > 2012 > Françis Cabrel - Vise Le Ciel

Françis Cabrel - Vise Le Ciel

vendredi 23 novembre 2012, par Marc

Il est des nôtres


Le monde de Bob Dylan a ses propres références, et des ramifications qu’on ne soupçonnait pas, créant des connivences parfois surprenantes. Un film comme I’m Not There n’est pas intelligible si on n’a pas au préalable les reportages Don’t Look Back de de Pennebaker et Feels Like Going Home de Martin Scorsese. De même, l’appréhension de cet album de reprises ne sera pas la même si on découvre l’œuvre du Zim’ ou si on connait par cœur les versions originales. La lecture de la liste des titres laisse d’ailleurs une drôle d’impression, avec des titres familiers mais qui sonnent étrangement en français.

Cabrel n’en fait pas de mystère, c’est évidemment un projet qui lui tenait à cœur depuis longtemps, mais il avoue que c’est une panne d’inspiration qui l’a poussé vers ses premières amours. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il tente l’exercice, il figure déjà deux adaptations sur ses albums récents, S’abriter De l’orage et Elle m’appartient. Selon lui, il a voulu se tester sur All Along The Watchtower avant d’aller plus loin. C’est un choix ambitieux parce que non seulement c’est un morceau plus court, simple (trois accords en tout…) et nerveux, mais il y a déjà des exemples brillants de refontes musicales (la plus célèbre étant de Jimi Hendrix, rien que ça). Disons-le tout de suite, c’est une des meilleures surprises ici, et le côté ‘observation du monde’ a sans doute influencé le méridional. Il y a ici un petit gimmick, et une intensité musicale un peu supérieure. Tant qu’on parle des arrangements d’ailleurs, ils sont très sages, sobres, propres et sans bavure, et plus constants que ne le sont ceux des versions originales, dont l’enregistrement s’étire sur 25 ans.

La discographie de Bob Dylan est gigantesque et touffue, et on ne retrouve ici que peu de morceaux emblématiques, à part le single Comme Une Femme (Just Like A Woman) et Je Te Veux (en plus d’All Along The Watchtower bien évidemment). I Want You est sans doute un des titres que je préfère au monde, qui me fait toujours un effet dingue. Ne pas avoir à rougir de cette version est donc une performance. Au lieu des incontournables, il est vraiment allé puiser partout, faisant logiquement la part belle aux années soixante. On retrouve donc des morceaux inédits, seulement présents sur des compilations ou autres bootlegs (qui à eux seuls pourraient constituer une carrière passionnante). Et ce n’est pas plus mal, parce que les versions originales en sont moins usées. Bob Dylan est aussi connu pour ce que d’autres ont fait de ses chansons, parfois avec un succès commercial que lui seul n’aurait peut-être pas pu apporter (pensons aux Byrds, à Manfred Mann, à Johnny Cash). Francis Cabrel s’inscrit dans cette ambitieuse filiation avec humilité et son amour des choses bien faites.

Transposer un univers aussi poétique et volontiers obscur comme celui de Dylan dans une langue qui ne fonctionne pas de la même façon impose de retravailler La tradition de la traduction est bien établie, si on veut se souvenir que bien des artistes français des années 60-70 se sont contentés de fournir des versions plus mièvres de morceaux anglo-saxons. En termes dylanniens, c’est Hughes Auffray ou Graeme Albright qui étaient arrivés à complétement dénaturer l’artiste en en faisant ressortir d’inédits aspects boy-scouts, quitte à perdre de vue le propos originel, bien plus allusif. Evidemment, le résultat n’est pas le même ici. Le constant recours aux images, les phrases chargées, les mélodies parfois simples, tout est un piège potentiel. Et parfois, évidemment, on est plus déconcertés que ravis par Quinn L’Esquimau, mais la simplicité mélancolique de Simple Twist Of Fate reste patente.

Certains morceaux sont plus descriptifs, plus ancrés dans la tradition folk de la narration d’histoire, et en deviennent de fait plus accessibles, plus naturels. Les deux derniers morceaux sont dans ce cas, et Comme Blind Willie Mc Tell (cachée sur le volume III de ses bootlegs) reste une grande chanson en devenant une bonne chanson française.

Ce disque est un disque d’un fan (de Bob Dylan) pour des fans (de Cabrel) qui auraient sans doute préféré un album plus personnel. J’ai préféré les relectures des morceaux qui étaient déjà mes favoris, et jamais je n’ai hurlé à la trahison de ces chansons qui m’accompagneront vraisemblablement jusqu’à ma fin. C’est déjà une belle réalisation en soi. Tout ça m’a donné une envie énorme de réécouter Blonde On Blonde, The Times They Are A’Changin ou Blood On The Tracks. Même si la chanson française à large diffusion (ce disque est déjà certifié platine en France) n’est pas votre truc, n’hésitez pas à vous frotter à ce nouveau pan de l’influence énorme d’un des rares génies de notre époque.

http://www.franciscabrel.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Françis Cabrel - Vise Le Ciel 12 décembre 2012 08:39, par SO

    A tître indicatif Cabrel n’est pas tout seul à tenter d adapter DYLAN
    DESOLATION ROW, JOEY, IT’S A HARD RAIN..., WALLS OF RED WINGS , I SHALL BE RELEASED, TIMES ARE CHANGING...
    Plus d’une quinzaine de tître sont accessibles en français...
    Cabrel n’était pas intéressé. Il a préféré faire ça tout seul et en 3 mois ! Quel talent !
    Moi, il m’a habillé pour l’hiver, et grace à lui, je sais désormais :
    "QU’EST-CE QUE ÇA FAIT
    D’ETRE AINSI SOLITAIRE
    SANS ABRI,SANS REPÈRE,
    INCONNU SUR LA TERRE,
    ROULER COMME UNE PIERRE !"
    SO

    repondre message

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)