Accueil > Critiques > 2012

Bat For Lashes - The Haunted Man

jeudi 13 décembre 2012, par marc

Question de style


Difficile de faire plus constant que Bat For Lashes. Après trois albums, on peut dire que jamais Natasha Kahn ne s’est plantée. Mieux même, le style s’affine, et si les éclairs sont moins flamboyants, la constance est toujours au rendez-vous.

Il y a cependant quelque chose qui m’a retenu de me lover complétement dans cette musique, ce qui explique aussi le long délai de parution de cet article. Alors qu’en concert, il suffit à Natasha d’arriver avec son sourire pour qu’on entre avec délectation dans cet univers. De retour sur l’album, on a certes le souvenir de ce que peuvent devenir ces morceaux, mais ils semblent plus mystérieux. Et puis c’est apparu. Tout en sensibilité, cette musique n’est pas chaleureuse. La voix a beau être expressive, les orchestrations denses, il faut une part d’investissement personnel pour en tirer le meilleur. Sur scène, c’est Natasha qui s’en charge.

Ce troisième album ne manque pas de style, mais il est toujours aussi facile à identifier que difficile à définir. L’enchainement des deux premiers morceaux permet de balayer une bonne partie du spectre, sombre mais lumineux, entre introspection et sens du spectacle. All Your Gold est ainsi très nu et puis prend de l’ampleur sur le refrain. La voix, très versatile, m’a fait penser à celle de Roisin Murphy. Même si on sent son implication un Oh Yeah reste un peu distant. Mine de rien, les effets peuvent être très variés, de la pop synthétique d’A Wall aux jolis violons qui soutiennent Winter Fields.

Natasha sait comment on monte une sauce, on le savait déjà, et le prouve encore sur la plage titulaire, avec son roulement de batterie et ses chœurs faussement placides. Et puis il y a Laura, morceau marquant de sa discographie et de cette année. On retrouve aux manettes un certain Justin Parker, qui a aussi participé au Video Games de Lana Del Rey. Sans doute que la comparaison est facile et sans doute basée sur cette journée de Werchter où on a pu voir les deux sur la même scène, mais on mesure à quel point le talent ne suffit pas, et qu’il faut du charisme pour transcender le tout. Espérons que la poseuse boudeuse de New-York prenne des notes.

C’est un album qu’il m’a fallu apprivoiser petit à petit, parce que les premières écoutes, bien que très familières, n’étaient pas complétement gratifiantes. Une fois posée la relative froideur de la musique, qui contraste avec le rayonnement du personnage, on peut ajouter cet album aux deux autres dans le rayon des incontestables réussites.

http://www.batforlashes.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)