Accueil > Musique > 2012 > Bat For Lashes - The Haunted Man

Bat For Lashes - The Haunted Man

jeudi 13 décembre 2012, par Marc

Question de style


Difficile de faire plus constant que Bat For Lashes. Après trois albums, on peut dire que jamais Natasha Kahn ne s’est plantée. Mieux même, le style s’affine, et si les éclairs sont moins flamboyants, la constance est toujours au rendez-vous.

Il y a cependant quelque chose qui m’a retenu de me lover complétement dans cette musique, ce qui explique aussi le long délai de parution de cet article. Alors qu’en concert, il suffit à Natasha d’arriver avec son sourire pour qu’on entre avec délectation dans cet univers. De retour sur l’album, on a certes le souvenir de ce que peuvent devenir ces morceaux, mais ils semblent plus mystérieux. Et puis c’est apparu. Tout en sensibilité, cette musique n’est pas chaleureuse. La voix a beau être expressive, les orchestrations denses, il faut une part d’investissement personnel pour en tirer le meilleur. Sur scène, c’est Natasha qui s’en charge.

Ce troisième album ne manque pas de style, mais il est toujours aussi facile à identifier que difficile à définir. L’enchainement des deux premiers morceaux permet de balayer une bonne partie du spectre, sombre mais lumineux, entre introspection et sens du spectacle. All Your Gold est ainsi très nu et puis prend de l’ampleur sur le refrain. La voix, très versatile, m’a fait penser à celle de Roisin Murphy. Même si on sent son implication un Oh Yeah reste un peu distant. Mine de rien, les effets peuvent être très variés, de la pop synthétique d’A Wall aux jolis violons qui soutiennent Winter Fields.

Natasha sait comment on monte une sauce, on le savait déjà, et le prouve encore sur la plage titulaire, avec son roulement de batterie et ses chœurs faussement placides. Et puis il y a Laura, morceau marquant de sa discographie et de cette année. On retrouve aux manettes un certain Justin Parker, qui a aussi participé au Video Games de Lana Del Rey. Sans doute que la comparaison est facile et sans doute basée sur cette journée de Werchter où on a pu voir les deux sur la même scène, mais on mesure à quel point le talent ne suffit pas, et qu’il faut du charisme pour transcender le tout. Espérons que la poseuse boudeuse de New-York prenne des notes.

C’est un album qu’il m’a fallu apprivoiser petit à petit, parce que les premières écoutes, bien que très familières, n’étaient pas complétement gratifiantes. Une fois posée la relative froideur de la musique, qui contraste avec le rayonnement du personnage, on peut ajouter cet album aux deux autres dans le rayon des incontestables réussites.

http://www.batforlashes.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)