Accueil > Musique > 2012 > Keiki - Popcorn From The Grave

Keiki - Popcorn From The Grave

mercredi 19 décembre 2012, par Marc


Les vrais exploits se font hors du champ des caméras, et on est tous amenés à établir des performances dans le cadre de notre vie de tous les jours. Avoir critiqué l’entièreté du catalogue de Cheap Satanism Records est un de mes méfaits peu connus. Voilà, la collection s’agrandit encore.

Pour rafraichir la mémoire de tout le monde, Keiki est Dominique Van Capellen, chanteuse à ses heures chez Baby Fire. Contrairement à cette dernière formation, les guitares sont confiées à quelqu’un d’autre et le résultat est, selon moi, plus convaincant. Elles sont toujours aiguisées, mais la boite à rythme vient le renforcer. On entendra un peu de synthé aussi, venu apporter une petite respiration.

Et puis, comme toujours chez eux, la voix est la grande attraction. Sans doute qu’elle pourra rappeler à certains les grandes heures de l’alternatif (les premiers albums de PJ Harvey par exemple). Mais, nouveauté, elle cède occasionnellement la place à celles de Pete Simonelli (des excellents Enablers) et Eugene Robinson (Oxbow). Cet album est assez court, et vu le côté ‘au-plus-près-de-l’os’ de la production, propre mais un peu aride, c’est la meilleure façon de l’absorber.

Parfois on s’attend à être secoués, à prendre des accélérations latérales dans tous les sens. Et puis non, les montagnes russes sont peinardes, et on se surprend à apprécier la vue. Pour le non-amateur de sensations fortes que je suis, c’est un compliment. Dire que je me balade avec délices dans cette musique râpeuse serait nettement exagéré, mais un petit pas hors de ses plates-bandes est nécessaire parfois.

http://www.cheapsatanism.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Keiki - Popcorn From The Grave 19 décembre 2012 11:07, par Le Sto

    Pour Keiki je sais pas, mais pour tes 100 chroniques, je te félicite car, ayant œuvré dans le domaine, je mesure ce que ça prend de porter toute cette passion à bouts-de-bras... en étant à peu près tout seul.
    En tous les cas, sincèrement bravo, tes chros sont de qualité et j’en apprécie beaucoup la lecture, tu m’as fait découvrir pas mal d’albums moultes sympathiques.

    Au plaisir de découvrir les 100 prochaines de 2013.

    repondre message

    • Keiki - Popcorn From The Grave 19 décembre 2012 13:12, par Marc

      Bon, après vérification, je me rends compte que j’avais comptabilisé une critique de Laurent (postée en 2011), donc je n’y suis pas encore, et la note a disparu (donc certaines personnes pourraient être déroutées par ton message). Ça doit être la 8ème année que je passe ce chiffre.

      Merci à toi et à tout ceux qui les lisent, qui en discutent, qui partagent ou qui s’emballent (quoique vous soyez toujours aussi constructifs et sympathiques, merci pour ça aussi).

      Pour la suite, je ne sais pas trop combien de temps je tiendrai le rythme, mais tant que j’ai un peu de temps pour ça, vous n’avez pas fini de me lire. Et c’est pas tout ça, j’ai un classement de fin d’année à faire...

      repondre message

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)