Accueil > Musique > Concerts > Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013

Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013

mercredi 23 janvier 2013, par Marc

Inmanquable


Il avait fallu rien de moins qu’un déplacement lointain à l’étranger pour me priver du dernier passage de Get Well Soon en Belgique. Parce que dès que c’est possible (la preuve ici), je vais voir la bande à Gropper (comme je vais voir la bande à Meiburg par exemple).

C’est l’Anglais Denis Jones qui assure la première partie et même maintenant, il m’est difficile de me faire un avis définitif. Jouant sur ses propres boucles, il pourrait ressembler à des bidouilleurs individualistes comme Dosh mais il peut aussi chanter et rester cohérent. Il n’en reste pas moins qu’on est très loin de la subtilité et l’écriture de Fink, même si la présence du batteur de Get Well Soon qui se révèle bien subtil et léger rehausse l’intérêt.

On est en terrain connu évidemment avec Get Well Soon, tant on l’a vu, tant on a usé ses disques. C’est la première fois que je l’entends depuis le dernier Scarlet Beast ’O Seven Heads et si on peut sans trop de difficulté retrouver à quel album appartient un morceau, le live montre une plus grande homogénéité. Les morceaux sont maintenant moins spectaculaires et plus élaborés, mais la scène ne les dénature pas, grâce aux six musiciens dont on peut épingler une violoniste-choriste toujours parfaite (notamment dans les très nombreux ’houuu-houu qu’elle assure).

Le concert se déroule donc tout en subtilité, et il faut attendre la fin pour que les chevaux soient lâchés. Le concert lui-même s’achèvera par le morceau le plus immédiat du dernier album, You Cannot Cast Out The Demons qui fait monter l’intensité d’un cran. Parce que c’est ça qu’on aime chez eux, cette propension à faire des morceaux très orchestrés mais jamais trop maniérés, et injecter à l’occasion un peu de puissance. Mais cette dernière tendance se raréfie.

Ils reviennent pour leur excellent Werner Herzog Gets Shot, toujours plus subtil en concert, et une étonnante reprise du Tiny Dancer d’Elton John. Enfin, étonnant dans le choix, mais pas dans l’exécution qu’ils s’approprient véritablement, invitant même Denis Jones à venir chanter avec eux.

Bête réflexe, j’avais jeté un coup d’oeil à la playlist placée à leurs pieds et je me réjouissais de retrouver leur génial I Sold My Hands For Food So Feed Me, une des perles de leur premier album. Las, c’est sur le bon mais moins puissant Voice In The Louvre qui clôturera définitivement le set. Après la disparition définitive de Lost In The Mountains, on constate une disparition pratiquement complète de toute trace du pourtant fantastique Rest Now Weary Head, You Will Get Well Soon. Tout ça n’enlèvera que peu au plaisir du soir, à la joie toujours renouvelée de retrouver des fournisseurs infaillibles de plaisirs musicaux.

Plus d’images ? Mais oui, c’est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013 23 janvier 2013 17:38, par Guismo

    Au vu de l’angle, tu étais juste à côté de moi (grand, pull rouge et accompagné ?). Ayant croisé 4 gars avec des Nikon, j’ai pas pris le risque de me prendre un bide cette fois.....

    repondre message

    • Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013 24 janvier 2013 13:30, par Marc

      Ah oui, on dirait que tu m’as bien repéré cette fois-ci.

      repondre message

      • Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013 25 janvier 2013 11:04, par Guismo

        Merci pour le CR. Même si moins "grand fan" du groupe que toi, mon avis rejoint le tien sur le concert. J’ai particulièrement aimé l’intégration d’un vinyl qui tourne sur Disney :-) Et rien à faire, ils imposent bien leur univers...

        Pour info la chanteuse violoniste, c’est sa soeur Verena Gropper.

        repondre message

        • Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013 25 janvier 2013 11:20, par Marc

          On a du talent dans la famille Gropper ! A noter que sur le premier album et la tournée qui a suivi, c’était une autre violoniste, et que je les avais déjà vu sans violon et à quatre (aux Ardentes). Ce qui était plus rock on s’en doute

          repondre message

  • Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013 28 janvier 2013 23:39, par STIKO

    Je n’ai pas trop accroché aun dernier album, le virage pris par nos voisins allemands les éloignent un peu (bcp) de ce que j’appréciais chez eux.
    Ils ont troqué l’intensité pour l’orchestration et la retenue, et je m’y retrouve moins.
    Et donc finalement, à défaut de guitare , je m’attendais à voir une armada de violons de trompettes et de thrombones pour une explosion baroque et grandiloquente et je n’ai eu aucune des deux options.

    Un bon moment mais pas de chair de poule ( mon baromètre pour évaluer les concerts...)

    Et puis un concert de Get Well Soon ( les avais déjà vu avec Calexico à l’époque -Excellent) sans’ I sold my hand...’ c’est un peu comme un set de ILIKETRAINS sans ’Spencer Perceval’ ou une Tartiflette sans Lardons ;-)
    Quand même déçu quoi !

    repondre message

  • Get Well Soon, Botanique, 22/01/2013 30 janvier 2013 13:19, par allow

    Je dois bien avouer que j’ai un peu le même sentiment que Stiko. Pour les avoir vu une petite dizaine de fois maintenant, c’est pour moi le premier concert de Get Well Soon pour lequel j’ai ce sentiment un peu mitigé. J’avais l’habitude d’être transporté de la première note jusqu’à la dernière et là, bien sûr il y’a eu de bons moments, de jolies envolées (surtout en fin de concert) mais elles furent trop rares à mon goût. Et pourtant tout est exécuté avec brio et justesse. Je ne nie pas la cohérence de leur évolution mais je regrette un peu le côté plus pop/intense et moins "baroque" de leurs débuts...

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)