Accueil > Critiques > 2013

Ra Ra Riot - Beta Love

dimanche 27 janvier 2013, par marc

Après le virage


Il était temps que les critiques de l’année recommencent, et on va reprendre en douceur avec une vieille connaissance. Enfin, pas si vieille que ça, vu que ce n’est que le troisième album pour la formation de Syracuse, NY. Mais ils ont déjà connu leur grand virage, en tournant le dos à leur pop complexe (trop) bardée de violons pour tenter une pop (encore plus) complexe mais plus solide dans la production. Donc, ce groupe n’a jamais été aussi charmant qu’il l’aurait espéré, à cause de mélodies trop alambiquées pour rentrer dans l’oreille. Pourtant, il en faut plus pour écorner notre potentiel de sympathie.

Comme ce troisième album est encore plus synthétique que le précédent The Orchard, il impose une grille de lecture différente. Ils semblent renier les cordes qui avaient fait leur réputation (et la totalité de leurs réussites), même s’il en reste encore des traces. Dans la même catégorie du dernier Fanfarlo, Choir Of Youg believers ou Yeasayer et autres Shins, c’est-à-dire des groupes ayant fortement dévié de leur plan de base et qui se sont retrouvés à faire la même chose pour ne pas se laisser enfermer dans un carcan indé trop daté. Donc, oubliez une fois pour toutes la joyeuse mélancolie de Dying Is Fine (leur insurpassable morceau).

Ils ont donc réussi un album un peu plus solide, avec des moyens différents, comme un tempo plus élevé pour passer en force (Binary Mind), ce qui manque de la plus élémentaire subtilité mais bon, il faut reconnaitre que ça fonctionne tout comme le gros son qui Beta Love. Les voix de tête ne sont toujours pas ce que je préfère. Disons même pour être honnête que c’est une franche réticence de ma part. On peut penser à celle de Mercer des Shins sur Dance With Me, mais on les perd carrément le temps du refrain de What I Do For U). Il est en tout cas sympathique de les voir délirer à la guitare. Qui fait encore ça de nos jours ? My Morning Jacket ? Mais, peut-être un peu embarrassés, ils stoppent net. C’est en tout cas plus original que l’obligatoire poncif des synthés années ’80 (Angel Please)

Ce court album (il dure à peu près le temps d’un long morceau de Godspeed) devra être abordé comme celui d’un groupe nouveau, qui veut s’émanciper et se retrouve à faire la même chose que d’autres formations. Cette hypothèse posée, cet album marque une amélioration par rapport au précédent, même s’il ne devrait pas longtemps hanter nos ipods.

http://www.rarariot.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)