Accueil > Musique > 2013 > Ra Ra Riot - Beta Love

Ra Ra Riot - Beta Love

dimanche 27 janvier 2013, par Marc

Après le virage


Il était temps que les critiques de l’année recommencent, et on va reprendre en douceur avec une vieille connaissance. Enfin, pas si vieille que ça, vu que ce n’est que le troisième album pour la formation de Syracuse, NY. Mais ils ont déjà connu leur grand virage, en tournant le dos à leur pop complexe (trop) bardée de violons pour tenter une pop (encore plus) complexe mais plus solide dans la production. Donc, ce groupe n’a jamais été aussi charmant qu’il l’aurait espéré, à cause de mélodies trop alambiquées pour rentrer dans l’oreille. Pourtant, il en faut plus pour écorner notre potentiel de sympathie.

Comme ce troisième album est encore plus synthétique que le précédent The Orchard, il impose une grille de lecture différente. Ils semblent renier les cordes qui avaient fait leur réputation (et la totalité de leurs réussites), même s’il en reste encore des traces. Dans la même catégorie du dernier Fanfarlo, Choir Of Youg believers ou Yeasayer et autres Shins, c’est-à-dire des groupes ayant fortement dévié de leur plan de base et qui se sont retrouvés à faire la même chose pour ne pas se laisser enfermer dans un carcan indé trop daté. Donc, oubliez une fois pour toutes la joyeuse mélancolie de Dying Is Fine (leur insurpassable morceau).

Ils ont donc réussi un album un peu plus solide, avec des moyens différents, comme un tempo plus élevé pour passer en force (Binary Mind), ce qui manque de la plus élémentaire subtilité mais bon, il faut reconnaitre que ça fonctionne tout comme le gros son qui Beta Love. Les voix de tête ne sont toujours pas ce que je préfère. Disons même pour être honnête que c’est une franche réticence de ma part. On peut penser à celle de Mercer des Shins sur Dance With Me, mais on les perd carrément le temps du refrain de What I Do For U). Il est en tout cas sympathique de les voir délirer à la guitare. Qui fait encore ça de nos jours ? My Morning Jacket ? Mais, peut-être un peu embarrassés, ils stoppent net. C’est en tout cas plus original que l’obligatoire poncif des synthés années ’80 (Angel Please)

Ce court album (il dure à peu près le temps d’un long morceau de Godspeed) devra être abordé comme celui d’un groupe nouveau, qui veut s’émanciper et se retrouve à faire la même chose que d’autres formations. Cette hypothèse posée, cet album marque une amélioration par rapport au précédent, même s’il ne devrait pas longtemps hanter nos ipods.

http://www.rarariot.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)