Accueil > Musique > 2013 > Villagers - Awayland

Villagers - {Awayland}

mardi 29 janvier 2013, par Marc

En route vers le succès ?


Sans doute que les artistes ne pensent pas toujours au positionnement marketing, mais il semble y avoir un espace immense entre les machines de guerre sans (plus) d’âme à la Coldplay et les chanteurs folk minimalistes excellents mais sans doute condamnés à une diffusion limitée comme son compatriote Fionn Regan. Il faut pour cela montrer une belle assurance, sans renier une écriture soignée.

On l’a encore vu récemment, une position de repli courante est de bétonner le son, de faire appel à de plus gros synthétiseurs. Ce n’est pas ce que l’Irlandais Conor O’Brien suit, puisqu’il réussit à préserver une certaine intimité tout en poussant plus loin ce qu’on avait entendu sur le prometteur Becoming A Jackal. La voix, bien que clairement en avant, semble toujours assez discrète. Elle ne se lance pas dans de grandes envolées, ce qui pourrait passer pour de la modestie. Pourtant, on sent une vraie motivation (ce terme convient mieux qu’ambition) qui jamais ne dégénère. C’est une bonne idée de ne pas trop en faire dans ce secteur.

Comme je l’ai découvert tout seul à la guitare (en ouverture d’Owen Pallett), il faut se faire à cette ampleur pop. Tout commence d’ailleurs par un bon morceau délicat, mais traité sur un mode motivé. C’est seulement après que les choses décollent. Il y a chez Villagers une écriture indéniable, sans doute un peu en retrait par rapport à un Conor Oberst il est vrai plus irrégulier. Difficile d’ailleurs de ne pas faire le rapprochement avec l’Américain, parce que lui aussi tente des choses, comme un peu de sons électroniques (excellent The Waves). Sans doute que le mélange de mélodies réussies et d’un bourdonnement plus electro de Rythm Composer annonce de nouvelles voies. Il va peut-être aussi connaitre son Digital Ash In a Digital Urn. C’est tout le mal qu’on lui souhaite en tout cas.

Pour le reste, il n’a heureusement pas oublié les petits morceaux tout doux (In a Newfoundland You Are Free) qui montrent clairement que s’il y a une évolution, il n’a pas encore effectué un virage complet qu’on n’attend pas non plus nécessairement. Si les choses étaient logiques, cet album un peu gonflé aux hormones devrait connaitre le succès.

http://www.wearevillagers.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Villagers - {Awayland} 17 février 2013 00:02, par Nicolas_TB

    Tiens il a fait la première partie de Owen Pallett ? Ca ne m’étonne pas car à l’écoute de cet album j’ai pensé à cette artiste et à Sufjan Stevens. C’est vraiment un très bon album, très bien écrit, très bien produit, je pense qu’il aurait mérité un billet plus élogieux. Peu de musicien "pop" on une telle écriture de nos jours je trouve, et le mélange acoustique "électro" est très bien dosé tout comme le mélange douceur et envolées plus marquées.

    repondre message

    • Villagers - {Awayland} 17 février 2013 13:50, par Marc

      Dans un monde normal, cet album ne peut que fonctionner. Il vient du folk et enrichit sa palette au fil du temps. Il incorpore l’électronique bien mieux que Stevens et Beirut en tous cas. Je suis vraiment curieux de voir où il va nous emmener.

      repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)