Accueil > Musique > 2013 > Villagers - Awayland

Villagers - {Awayland}

mardi 29 janvier 2013, par Marc

En route vers le succès ?


Sans doute que les artistes ne pensent pas toujours au positionnement marketing, mais il semble y avoir un espace immense entre les machines de guerre sans (plus) d’âme à la Coldplay et les chanteurs folk minimalistes excellents mais sans doute condamnés à une diffusion limitée comme son compatriote Fionn Regan. Il faut pour cela montrer une belle assurance, sans renier une écriture soignée.

On l’a encore vu récemment, une position de repli courante est de bétonner le son, de faire appel à de plus gros synthétiseurs. Ce n’est pas ce que l’Irlandais Conor O’Brien suit, puisqu’il réussit à préserver une certaine intimité tout en poussant plus loin ce qu’on avait entendu sur le prometteur Becoming A Jackal. La voix, bien que clairement en avant, semble toujours assez discrète. Elle ne se lance pas dans de grandes envolées, ce qui pourrait passer pour de la modestie. Pourtant, on sent une vraie motivation (ce terme convient mieux qu’ambition) qui jamais ne dégénère. C’est une bonne idée de ne pas trop en faire dans ce secteur.

Comme je l’ai découvert tout seul à la guitare (en ouverture d’Owen Pallett), il faut se faire à cette ampleur pop. Tout commence d’ailleurs par un bon morceau délicat, mais traité sur un mode motivé. C’est seulement après que les choses décollent. Il y a chez Villagers une écriture indéniable, sans doute un peu en retrait par rapport à un Conor Oberst il est vrai plus irrégulier. Difficile d’ailleurs de ne pas faire le rapprochement avec l’Américain, parce que lui aussi tente des choses, comme un peu de sons électroniques (excellent The Waves). Sans doute que le mélange de mélodies réussies et d’un bourdonnement plus electro de Rythm Composer annonce de nouvelles voies. Il va peut-être aussi connaitre son Digital Ash In a Digital Urn. C’est tout le mal qu’on lui souhaite en tout cas.

Pour le reste, il n’a heureusement pas oublié les petits morceaux tout doux (In a Newfoundland You Are Free) qui montrent clairement que s’il y a une évolution, il n’a pas encore effectué un virage complet qu’on n’attend pas non plus nécessairement. Si les choses étaient logiques, cet album un peu gonflé aux hormones devrait connaitre le succès.

http://www.wearevillagers.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Villagers - {Awayland} 17 février 2013 00:02, par Nicolas_TB

    Tiens il a fait la première partie de Owen Pallett ? Ca ne m’étonne pas car à l’écoute de cet album j’ai pensé à cette artiste et à Sufjan Stevens. C’est vraiment un très bon album, très bien écrit, très bien produit, je pense qu’il aurait mérité un billet plus élogieux. Peu de musicien "pop" on une telle écriture de nos jours je trouve, et le mélange acoustique "électro" est très bien dosé tout comme le mélange douceur et envolées plus marquées.

    repondre message

    • Villagers - {Awayland} 17 février 2013 13:50, par Marc

      Dans un monde normal, cet album ne peut que fonctionner. Il vient du folk et enrichit sa palette au fil du temps. Il incorpore l’électronique bien mieux que Stevens et Beirut en tous cas. Je suis vraiment curieux de voir où il va nous emmener.

      repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)