Accueil > Musique > 2013 > Shana Falana - In The Light

Shana Falana - In The Light

dimanche 3 février 2013, par Marc

Lente montée vers le sommet


Pour faire des découvertes, il suffit parfois d’attendre que quelqu’un remplisse votre boite aux lettres. Bien souvent, il s’agit de labels belges ou très spécialisés, ou les deux. Cette fois-ci, c’est le distributeur Five Roses Press qui a décidé d’être généreux. Et c’est une excellente chose parce que parmi ces envois dont aucun, je dis bien aucun, ne m’était connu, il y a de fort bonnes choses et les styles pratiqués sont bien variés. C’est un peu de la cuisine interne que je livre ici, mais je pense que c’était pertinent à signaler.

Le premier groupe de la série provient de Brooklyn et nous propose en entrée une longue incantation. La voix est féminine, éthérée et fort haut perchée. De la dream-pop diront certain. De la pure nonchalance rétorqueront d’autres. C’est que les premiers morceaux sont un peu répétitifs (Light The Fire). Au niveau des paroles, on doit arriver à deux phrases en les mettant toutes bout-à-bout, mais on le comprend bien vite, le contenu littéraire n’est pas le but premier. Ça monte par étages, mais d’un morceau à l’autre, ce qui fait tout de même une fort longue entrée en matière, qui aura sa récompense comme on le verra. Dans le genre, on pourra se rappeler les passionnants The Besnard Lakes, plus constants au sommet.

Mais vous nous connaissez, on préfère toujours s’attarder sur ce qu’on a aimé, et il y a des motifs de satisfactions sur cet album. On attendra donc la moitié du troisième morceau pour que Tragic s’emballe enfin, sur un mode de révolte larvée qu’on retrouvera aussi sur un Yeah Yeah qui s’anime à mi-morceau. Entre les deux figure le meilleur morceau, le plus pop In The Light qui allie une voix qui évoque Au Revoir Simone et une belle intensité. Pas de doute, un groupe capable de ça en a sous la pédale.

Il y a donc des morceaux pour lesquels on attend un réveil qui ne vient pas, au contraire de vrais moments de fièvre. C’est évidemment sur ces derniers qu’il conviendra de s’attarder. En poussant le raisonnement jusqu’au bout, on peut voir cet album qui ne sort que maintenant en Europe comme un continuum avec une lente montée, une acmé et une descente. Sachez-le si vous ne voulez pas décrocher en route. Mais la vue est belle du sommet.

Cet album s’écoute sur [bandcamp-> http://shanafalana.bandcamp.com/album/in-the-light$
http://www.shanafalana.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)