Accueil > Critiques > 2013

Lisa Germano - No Elephants

mercredi 6 février 2013, par marc

On y croit


Il faut que je vous fasse une confidence, je n’ai jamais cru aux fantômes, je ne pense pas rencontrer un jour un vampire ni un loup-garou. Pourtant, il m’arrive volontiers de me laisser prendre dans les filets d’une histoire qui met en scène ces créatures. Pourquoi ? Parce qu’un auteur peut avoir la force narrative nécessaire pour trouver une cohérence, nous faire naviguer dans un univers imaginaire. On pourra ainsi relever les incohérences d’un scénario, même si c’est le postulat de départ qui pourrait sembler aberrant.

Pour que ça marche, il faut qu’on y croie, qu’on nous donne des raisons de croire. Et les artistes ont cette capacité. Certains du moins. A ma gauche, Lisa Germano et Ian Curtis. A ma droite, Indochine et Marylin Manson. Indépendamment des qualités musicales intrinsèques, on ne croit pas plus aux affres adolescentes quinquagénaires du premier qu’au satanisme du second. Dans l’absolu, je ne suis pas persuadé que Lisa soit dérangée, comme je ne pense pas que l’existence de Marrissa Nadler soit constellée de deuils (je l’espère pour elle du moins). Mais elles arrivent à nous transporter dans leur univers et on s’y sent bien.

D’ailleurs, il semble que Lisa veuille nous emmener de plus en plus loin avec elle. On n’est plus dans l’introspection acerbe de Geek The Girl, mais dans une forme encore plus cohérente, qui fait cohabiter la lumière et l’ombre. La voix est un peu… exigeante quand elle est poussée plus haut (le bien nommé Haunted) et l’auditeur pourra être pris à froid avec Ruminants. A l’opposé, le piano est toujours aussi magiquement mélodique, ce qu’elle prouve notamment sur le final lumineux et fulgurant Strange Bird. Il va de soi qu’avec une progression pareille, seuls les habitués retrouveront facilement leur chemin.

Les intermèdes musicaux sont là, comme toujours, et apportent du liant, se fondent dans la matière de l’album. Notons aussi des ajouts perturbants (et pénibles, convenons-en) de grésillements d’ondes gsm. Soyez prévenus avant de mettre spontanément la main à votre poche.

Il faut le dire, je ne vais pas toujours spontanément vers les albums de Lisa Germano. Mais à chaque fois, absolument chaque fois, je replonge dans ce monde cotonneux, à la fois très familier et rassurant et un peu anxiogène aussi. Lisa a su garder cette part de mystère, ce secret de fabrication qui fait qu’on y revient, encore et encore. Parce qu’on y croit, parce qu’on a envie d’y croire.

http://www.lisagermano.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)