Accueil > Musique > 2013 > Lisa Germano - No Elephants

Lisa Germano - No Elephants

mercredi 6 février 2013, par Marc

On y croit


Il faut que je vous fasse une confidence, je n’ai jamais cru aux fantômes, je ne pense pas rencontrer un jour un vampire ni un loup-garou. Pourtant, il m’arrive volontiers de me laisser prendre dans les filets d’une histoire qui met en scène ces créatures. Pourquoi ? Parce qu’un auteur peut avoir la force narrative nécessaire pour trouver une cohérence, nous faire naviguer dans un univers imaginaire. On pourra ainsi relever les incohérences d’un scénario, même si c’est le postulat de départ qui pourrait sembler aberrant.

Pour que ça marche, il faut qu’on y croie, qu’on nous donne des raisons de croire. Et les artistes ont cette capacité. Certains du moins. A ma gauche, Lisa Germano et Ian Curtis. A ma droite, Indochine et Marylin Manson. Indépendamment des qualités musicales intrinsèques, on ne croit pas plus aux affres adolescentes quinquagénaires du premier qu’au satanisme du second. Dans l’absolu, je ne suis pas persuadé que Lisa soit dérangée, comme je ne pense pas que l’existence de Marrissa Nadler soit constellée de deuils (je l’espère pour elle du moins). Mais elles arrivent à nous transporter dans leur univers et on s’y sent bien.

D’ailleurs, il semble que Lisa veuille nous emmener de plus en plus loin avec elle. On n’est plus dans l’introspection acerbe de Geek The Girl, mais dans une forme encore plus cohérente, qui fait cohabiter la lumière et l’ombre. La voix est un peu… exigeante quand elle est poussée plus haut (le bien nommé Haunted) et l’auditeur pourra être pris à froid avec Ruminants. A l’opposé, le piano est toujours aussi magiquement mélodique, ce qu’elle prouve notamment sur le final lumineux et fulgurant Strange Bird. Il va de soi qu’avec une progression pareille, seuls les habitués retrouveront facilement leur chemin.

Les intermèdes musicaux sont là, comme toujours, et apportent du liant, se fondent dans la matière de l’album. Notons aussi des ajouts perturbants (et pénibles, convenons-en) de grésillements d’ondes gsm. Soyez prévenus avant de mettre spontanément la main à votre poche.

Il faut le dire, je ne vais pas toujours spontanément vers les albums de Lisa Germano. Mais à chaque fois, absolument chaque fois, je replonge dans ce monde cotonneux, à la fois très familier et rassurant et un peu anxiogène aussi. Lisa a su garder cette part de mystère, ce secret de fabrication qui fait qu’on y revient, encore et encore. Parce qu’on y croit, parce qu’on a envie d’y croire.

http://www.lisagermano.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)