Accueil > Musique > 2013 > Niagara - Otto

Niagara - Otto

vendredi 8 février 2013, par Marc


Ne le cachons pas, c’est parce qu’on me les a envoyés que je parle de ces quelques albums distribués par Five Roses. Quand on a l’esprit un peu curieux, recevoir un paquet de groupes dont on n’a strictement jamais entendu parler est toujours agréable. Surtout quand il y a de la variété et, comme ici, de la qualité.

Je ne pense pas avoir jamais parlé ici d’un groupe de la péninsule malgré un nombre d’articles écrits. Et puis Niagara, pour moi, c’était surtout un groupe de variété française un peu sulfureux. Rien de tout ça ici bien évidemment puisqu’on peut se trouver face à une version plus apaisée des hystérique HEALTH dans l’approche un peu différente de la composition, voire M83 pour cette approche atmosphérique. Ils ne se cantonnent en effet pas à la classique alternance de couplets et refrains mais préfèrent une structure plus étirée. Il y a aussi de la place pour le soleil de Seal et le mélange n’est alors pas si éloigné de Yeasayer. C’est logiquement ce morceau plus aéré mais toujours dense qui leur sert de single.

On retrouve aussi sur Watershipdown l’IDM du Caribou d’avant (disons période The Milk Of Human Kindness pour fixer les idées. Etacarinae quant à lui ne semblerait pas déplacé chez Animal Collective, ou plutôt chez un de leurs émules comme Le Loup. On le voit, c’est tout un pan de la musique psychédélique qui est balayé. Ne manquent finalement à l’appel que les soli de guitare acides.

On apprécie en tout cas une belle versatilité, capable de faire sans effort apparent le grand écart entre un morceau d’introduction très simple ne jouant que sur les harmonies vocales et un hypnotique E.V.A. qui entre en éruption. Galaxy Glacier montre un aspect plus rude, plus débridé, et pourra peut-être décourager les moins préparés. Mais je pense que le public potentiel d’un album pareil y pourra là contre (j’ai droit à une expression bruxelloise de temps en temps), et si les noms glissés ça et là vous inspirent, voici un complément. Si ce site disparaissait brutalement, l’équilibre ne serait pas rompu, tout au plus sera-t-on déploré par quelques personnes qui ont leurs habitudes. Mais on tient à ce rôle de passeur entre ce qu’on nous envoie et ce qui pourrait vous intéresser. C’est notre petite place dans l’écosystème.

http://www.niagaraniagara.it/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)