Accueil > Musique > 2013 > Le coin des découvertes (V) - The Bengsons, Dissonant Nation, (...)

Le coin des découvertes (V) - The Bengsons, Dissonant Nation, Monolog

lundi 18 février 2013, par Marc


On continue donc la mission de découverte. Au programme, des français qui ont décidé de garder leur langue pour faire de la power-pop ou de rester en anglais pour revivre la pop glaciale des années ’80. Le tout accompagné d’une formation de Brooklyn qui nous montre sa motivation.

The Bengsons - Hundred Days EP

Maintenant que des groupes comme Mumfords and Sons ou Of Monsters And Men passent de la confidentialité à une reconnaissance plus grande (traduisez, on les entend à la radio, pas seulement sur des sites confidentiels comme celui-ci), il est normal que beaucoup de formations se sentent pousser des ailes.

Les Bengsons, c’est le couple Abigain et Shaun Bengson. Ils sont de Brooklyn, pimentent leur EP de ‘hey’ qui montrent un cœur gros comme ça. Sa voix à elle pourra aussi évoquer Alanis Morissette. Ces quatre titres de bonne facture bénéficient d’une production solide et leur écriture est simple et champêtre. Un EP est fait pour donner envie. Voilà, c’est fait, on attend un album maintenant !

http://bengsons.com/

Dissonant Nation - La Chanson Que Tu Préfères EP

Dissonant Nation est un trio français qui vient de sortir un EP nerveux, gigottant et proprement produit. Quand ils chantent en français, ils arrachent un sourire par « Barbie et Ken sous ecstasy/S’envoient en l’air toute la nuit » et emportent la sympathie. Evidemment, l’exercice est plus original que dans la langue de Morrissey qui connait trop d’exemples du genre.

J’apprécie personnellement moins qu’ils poussent dans les aigus sur Ziggy 1973. Lequel est un exercice de style regroupant des allusions à la carrière du Thin White Duke. Mais ce petit EP de quatre titres présente bien des aspects différents. Comme un album a l’air d’être prévu, on vous tiendra au courant de leur façon de se débrouiller sur la longueur.

http://www.dissonant-nation.com/

Monolog - The Speed Button Controvers

Tous les styles cohabitent à notre époque, et on voit toujours ressurgir des traces de passés jamais lointains. Après une douzaine d’album de pop intimiste sous le nom de Rain (ce que je n’ai pas encore écouté), le Français Pierre Mau publie un EP de musique clairement marquée par les années ’80. Si on décèle vite une forte influence de la new-wave synthétique, les synthés n’occupent que peu les avant-postes, remplacés par des guitares.

Les quatre morceaux présentés ici et en écoute sur Bandcamp sont assez différenciés, et ils balayent tout un spectre, d’un Bauhaus en plus chaleureux (une voix de Bowie ancien donc) à une influence plus électrique à chercher du côté de Sisters Of Mercy. On le voit, on sait très vite où on se trouve, et cette musique bien finie est en tout cas plus jusqu’au-boutiste (puriste ?) que tout ce qu’on a pu entendre chez Editors, Interpol (on y pense sur Videos) et autres The Audience. Si vous êtes amateurs du genre comme moi, vous ne pourrez qu’apprécier en tous cas.

http://monologproject.bandcamp.com/album/the-speed-button-controversy

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)