Accueil > Critiques > 2013

Boy And The Echo Choir - It All Shines

mercredi 20 février 2013, par marc

Allez chercher l’émotion


Dans la courte liste de nos découvertes qui ont fini par trouver leur public, une des plus belles était cette Boy. Caroline Gabard nous revient, et sa chorale de l’écho reste à géométrie variable puisqu’on ne retrouve que Rachel Langlais et Thomas Van Cottom de façon récurrente, plus quelques invités qui viennent relever les morceaux sans que la cohérence n’en soit affectée.

Comme souvent, la critique tardive aura permis de se repencher sur cet album discret, mais secrètement bourré jusqu’à la gueule d’une émotion qui ne s’impose pas, mais va se chercher et se trouve immanquablement.

Même si ce n’est pas un album dominé par l’électricité, une bonne partie du relief vient de cette présence tellurique d’une guitare sur Last, The Sound ou Why Can’t We. Si vous tendez l’oreille sur cette dernière, le bruissement viendra à vous. C’est en tout cas un de ces moments chargés d’une intensité rentrée, qui fait mouche à chaque fois, et on s’étonne d’ailleurs que ce morceau soit si court tant il condense de l’intensité brute. The Organs a aussi cette petite flamme et une fausse nonchalance qu’une Hope Sandoval aimerait retrouver. On retrouve d’ailleurs sur cette plage l’aide de Vincent Dupas, qui officie sous le même label My Little Cab Records en tant que My Name Is Nobody.

On a pu être tentés d’évoquer Soap & Skin qui nous enchantait à la même époque, mais le chant est ici plus distancié, moins expressionniste. Les mélodies ne sont pas vraiment mises en avant, c’est un accompagnement comme un autre. Sans ce point d’accroche évident, la musique de Boy doit trouver d’autres arguments qui viennent de la musique elle-même. Et avec une mélancolie moins noire, la beauté de cet album est un peu moins immédiate. Impossible Heart plus dans la lignée du premier album et est un des moments marquants de cet album, une des raisons qui feront que vers le mois de décembre, le souvenir de cet album ne sera pas dissipé.

Moins chargé en émotion pure, cet album confirme qu’on tient avec Boy And The Echo Choir un groupe qu’on suivra, comme on suit Lisa Germano, Wovenhand ou Soap & Skin, des artistes pour lesquels on sera toujours prêts à gratter sous la surface, et aller chercher dans la longueur une émotion qu’on sait tapie. Il y a assez de morceaux marquants pour nous forcer à revenir sur cet album, pour nous prouver qu’on avait raison de fondre complètement sur le précédent. Laissez le temps agir, tout cet album finira par se révéler.

http://boyandtheechochoir.bandcamp.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Boy And The Echo Choir - It All Shines 21 février 2013 12:27, par Christophe

    Bonjour Marc,

    Effectivement, pour moi cet album est pour le moment un des meilleurs de ce début d’année (avec Claire Diterzi). Je ne connaissais pas vraiment ce groupe et j’ai été happé par cette musique remplie de mélodies tourmentées et cette voix mélancolique qui me fait craquer.
    Un bien bel album que j’ai moi-même déjà chroniqué !

    Christophe

    Voir en ligne : http://edgarsmiouzik.wordpress.com/

    repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)