Accueil > Musique > 2013 > John Grant - Pale Green Ghosts

John Grant - Pale Green Ghosts

samedi 16 mars 2013, par Marc

Jeteur de ponts


Même si je n’avais jamais entendu parler des Czars (à tort d’après ce que j’ai pu comprendre), John Grant était apparu tout de suite familier avec son premier album solo. Notamment parce qu’il pouvait compter sur ses copains de Midlake pour l’épauler, ce qui nous a valu un bien beau Queen Of Denmark. Si le nom ne vous dit rien, ce n’est finalement pas plus mal, parce que le début de ce nouvel album se situe très loin de l’americana des grands espaces de son essai précédent.

Fort heureusement, Pale Green Ghosts (le morceau) est tout à fait en place. On n’en est pas moins déroutés par cet electro dense et sombre. Quant à la voix chargée d’écho, elle peut même rappeler les riches heures de Brendan Perry de Dead Can Dance.

On retombe dans le plus classique dès le troisième morceau. On reste sur le dancefloor mais on se choisit une partenaire. Ou alors on va au bar pour déguster cet amusant exercice d’auto-flagellation. John Grant fait partie de ces artistes que j’écoute parce que les paroles m’amusent. Cette musique au second degré passe toujours mieux quand la musique n’est ni mauvaise ni kitsch. Ceci dit, on n’est pas loin de franchir la ligne jaune avec I Hate This Town.

De plus, dans le cas qui nous occupe, on a affaire à un tout bon chanteur. Mais il déblatère toujours au kilomètre. Dans le genre, Blackbelt pourrait rappeler l’occasionnelle logorrhée de James Murphy, le sens de la danse paradoxale en moins. On le voit, ce n’est pas dans les immenses étendues américaines qu’on ira trouver l’origine de cet album plus complexe qu’il n’y parait. Parce que mine de rien, on retrouve plein de choses ici. Un solo de synthé dans le plus pur genre prog seventies (It Doesn’t Matter To Him) avec comme souvent des vrais morceaux de mélodie dedans. A l’inverse, il n’a même pas peur des grosses basses. Et il a bien raison, Sensitive New Age Guy a bien besoin de ce coup de kick.

Un parallèle pourrait être établi avec J. Tillman. Une même accointance avec un groupe qui touche au sublime mais dans un registre plutôt sérieux (Fleet Foxes et Midlake), le même décalage à l’humour acide, la même facilité à trousser un americana narquois. Et qui frise l’anecdotique aussi, puisque l’ennui pointe le bout de son nez sur Vietnam ou Ernest Borgnine.

On ne retiendra sans doute pas John Grant comme la personne qui aura jeté des ponts entre les genres, mais il faut bien constater qu’il peut donner plusieurs orientations à son style sans se perdre.

http://johngrantmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)