Accueil > Musique > 2013 > Midas Fall - Wilderness

Midas Fall - Wilderness

jeudi 21 mars 2013, par Marc

Madame, faut arrêter madame


Les genres musicaux plus discrets ont vraiment du mal à surmonter le modèle pop. Prenez la musique électronique par exemple. Entre James Murphy qui se fantasme en ‘vrai’ chanteur et s’invente des slows pas terribles pour qu’on cerne bien ses limites vocales à Miss Kittin qui exhibe d’embarrassantes robes en lamé, ce ne sont pas les exemples qui manquent. Les mythes ont la peau dure et on dirait que certains artistes n’osent pas se poser en opposition au modèle rock’n roll ou variété.

Ce qui est plus étrange, c’est que le phénomène touche un genre aussi balisé et presque confidentiel comme le post-rock. Et à la base, on peut faire entrer les Anglais de Midas Fall dans cette catégorie puisque non contents d’être sur le même label que 65 Days Of Static, ils ont aussi assuré des premières parties de Mono.

On pourrait parler ici de musique fort jolie avec une couche sonore plus complexe. Mais ce qui passe chez Moby (parce que la musique est de Moby) est frustrant ici. La voix d’Elizabeth Heaton est belle mais comme souvent, je ne vois pas toujours l’intérêt d’en ajouter une si la musique est suffisamment forte. Dans le cas présent, elle rend le propos plus mièvre, trop joli et lisse. Le post-rock, je le préfère aphone, c’est maintenant une certitude. Ce n’est pas une position dogmatique liée à l’étiquette, mais j’aurais tellement préféré avoir une version muette de cet album. Ou alors une chanteuse plus intense. Et puis des mélodies plus fortes. Imaginez 65 Days Of Static voulant gagner The Voice, c’est un entrechoquement de mondes qui n’a pas lieu d’être, même si on peut trouver du charme aux deux séparément.

Par exemple, sur Carnival Song, la musique a des variations, des soubresauts que la chanteuse ne reproduit absolument pas. Ce qui gomme l’intérêt. Et quand on sent le potentiel on ne peut que le déplorer plus encore. Il faut que les groupes arrêtent de penser que le manque de voix est un frein. Parce que nous, on préfère les bons albums aux albums trop lisses. Encore une fois, j’admets complètement l’énorme part de subjectivité du ressenti (ce qui est un pléonasme, non ?).

http://www.midasfall.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)