Accueil > Critiques > 2013

Youth Lagoon - Wondrous Bughouse

mardi 26 mars 2013, par marc

Plusieurs tailles d’un coup


Dans toutes les générations il y a eu des créateurs solitaires. La différence, c’est que les moyens techniques de notre époque facilitent grandement le travail de ceux qui préfèrent peaufiner leur univers sonore dans leur coin. Trevor Powers est de ceux-là. Et à l’instar d’un Perfume Genius dont on a entendu parler en même temps, le voilà prêt à affronter le vaste monde (même s’il a déjà pas mal tourné).

Même si sa musique reste souvent dans l’évocation, un peu de brouillard, on sent tout de suite plus d’espace ici. Après une introduction, la porte d’entrée évidente de cet album est Mute, plus solide, mieux charpentée. La voix qui y déboule est toujours un peu à la ramasse, chevrotante et asexuée. Le chant à l’hélium aquatique d’Attic Doctor vous évoquera Animal Collective (ou Atlas Sound si vous êtes joueurs), soyez prévenus. Il ne s’extériorise donc pas tout à fait, rentrant même carrément dans sa coquille hermétique de temps à autre. The Bath est un peu plus sombre et dense, sans atteindre les sommets du maitre actuel du genre, Mount Eerie. Etrangement, ça m’a fait l’effet d’une cassette audio de Disintegration de Cure qui serait passée à la lessiveuse.

En tous cas, ça semble plus fou qu’avant, plus aventureux. Mute semble ainsi suivre la voie de New Order. Et puis il sait toujours trousser de bien bonnes mélodies, qu’il peut mâtiner d’un peu d’insouciance psychédélique (Pelican Man, Raspberry Cane).

Youth Lagoon a pris plusieurs tailles d’un coup, s’est découvert de nouvelles envies. Et a révélé par contraste ce qui pourra passer pour une limitation. Souvent noyée d’écho et participant du charme de sa musique, la voix est moins assurée et percutante que la musique qui a beaucoup gagné en assurance et en folie tout en gardant un sens mélodique certain. On tient un artiste de talent, qui a su avec succès transformer l’essai d’un premier album prometteur.

http://www.fatpossum.com/artists/youth-lagoon

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)