Accueil > Musique > 2013 > Loch Lomond - Black Dresses

Loch Lomond - Black Dresses

mercredi 3 avril 2013, par Marc

Le charme de la discrétion


Il suffit d’un album pour attirer l’attention. Et sur la longueur, Little Me Will Start A Storm s’était révélé comme un de mes préférés de 2011. Un EP réussi plus tard, ce Black Dresses était un des albums que j’attendais en ce début d’année 2013.

Même si le contact avait été rétabli avec le White Dresses EP dont plusieurs morceaux subsistent ici, ils tiennent à reprendre tout depuis le début pour déployer progressivement tout le charme. On commence donc par des harmonies vocales et presque rien d’autre, puis The Wedding instille la délicatesse avant que cet album prenne définitivement son envol avec Spray Painted Drums, lequel était présent sur l’EP sous le troublant titre de Knuf Sirhc.

Ce ne sera pas la dernière réussite de cet album, qui pour moi culminera avec le très beau The Way où la voix féminine révèle toute sa profondeur. Et puis il y a ces violons qui progressivement envahissent l’espace avant de s’effacer, certains d’avoir encore poussé plus haut l’émotion. Un tout grand moment en apesanteur. C’est peut-être ce qui distingue cet album de son prédécesseur. En plus de poursuivre moins de pistes, il arrive à se surpasser sur quelques titres. En plus de celui qu’on vient de citer, il faut ajouter la plage titulaire (pendant de celle de l’EP), Kicking With Your Teeth et Your Eyes.

Les groupes doivent faire attention quand ils livrent un album moins enthousiasmant, parce qu’il y a du monde derrière la porte. Prenez Efterklang par exemple, après un album un peu terne l’an passé, ils voient sans doute arriver la formation de Portland (oui, encore) dans le rétroviseur. Et dans ce style de musique ingrat entre tous puisqu’il impose de s’immerger totalement pour que tout le suc se révèle au-delà de la légèreté de passage. A l’heure où d’autres se gonflent et prennent les radios d’assaut (Of Monsters And Men), c’est tout à fait délectable.

Il n’aura fallu qu’un EP et un album pour que Loch Lomond passe d’intéressant groupe à valeur sûre. Leur assurance leur permet de ne pas trop en faire, de garder une délicatesse dont on a vraiment besoin. Et mine de rien, ce groupe qui semblait n’être qu’un groupe attachant est discret de plus monte en puissance sans jamais céder aux sirènes du grand spectacle. Si la progression se confirme, on tient un de nos groupes préférés.

http://www.myspace.com/lochlomond06
http://www.lochlomondmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)