Accueil > Musique > 2013 > The Imaginary Suitcase - Putting Things On Top Of other Things

The Imaginary Suitcase - Putting Things On Top Of other Things

jeudi 25 avril 2013, par Marc

Ça va avec tout


Une belle voix, ça va avec tout. Madeleine de Proust, surgissement vieux de vingt ans, j’ai identifié celle-ci comme étant celle de La Vierge Du Chancelier Rolin, bon groupe aujourd’hui disparu qui a peut-être eu le tort d’arriver trop tôt avec ses violons et son folk-rock élaboré. Mais revenons à 2013. The Imaginary Suitcase, projet de Laurent Leemans (aussi actif comme chanteur de Ceili Moss), nous livre donc un petit album bien attachant.

Comme vous l’aurez compris, c’est l’organe vocal de Laurent qui est au centre des débats. C’est d’autant plus clair que cette voix très nette, un peu altière, joliment grave, commence toute seule le disque. Le ton est toujours un peu sentencieux, mais on n’est pas dans une évocation de Dead Can Dance (la voix n’est pas toujours éloignée), parce que c’est une discrète guitare électrique qui vient l’appuyer.

Cette guitare électrique prend plus de place The Punchline. Pleine d’effets, comme pour mieux remplir un espace sonore que peu d’instruments. Mais on est loin d’avoir fait le tour ce petit album, puisque cette voix se prête bien à des chansons de biture (Zombie For You) et c’est une réussite complète. On est habitués à ce que la musique d’un morceau pareille sente le bourbon et l’huile de moteur et ici, c’est seulement sur la fin qu’il prend sa cuite, se prend pour Tom Waits et hop, on est emballés. La mélodie est en tout cas d’un classicisme absolu et impeccable. Tout comme le plus linéaire folk-pop Blink.

Bien que la finition de cet album soit irréprochable, on dénote tout de même un certain minimalisme, une simplicité dans les sons qui reste manifeste. Mais l’essentiel n’est pas là, surtout que les mélodies sont toujours au rendez-vous. Cette voix-là peut se permettre beaucoup d’enrobages et ne s’en prive pas. Ce qui rend l’écoute complète de ce Putting things on top of other things tout à fait gratifiante. Il n’y a vraiment pas que les télécrochets pour découvrir les belles voix de chez nous…

http://www.theimaginarysuitcase.be/
http://theimaginarysuitcase.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auguste Lécrivain - Sale Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)