Accueil > Musique > 2013 > Low Vertical - We Are Giants

Low Vertical - We Are Giants

vendredi 3 mai 2013, par Marc

Les géants


Les sources de bon conseil ne se tarissent décidément pas. Même si elles s’espacent. La dernière fois que j’avais sollicité une de ces sources, il en était ressorti l’émerveillement de Sunday Bell Ringers. Tout aussi Flamands, tout aussi chez les excellents Zeal Records (c’est un membre de Tomàn, Wouter Vlaeminck, qui est à la production), Low Vertical est peut-être un des secrets les mieux gardés du royaume. Parce qu’on me dit aussi que cet album n’a pas un succès fulgurant. Et là, je suis un peu abasourdi. Suis-je victime d’une inversion d’oreille ? Est-ce que le groupe se cloitre et lance des clous sur les fans potentiels ? Mystère. Ce que je sais par contre, c’est qu’il s’en trouvera parmi vous qui prendront du bon temps avec ce Low Vertical. C’est pour vous que j’écris après tout.

Première écoute, second morceau, premier frisson. Toulouse-Lautrec est énorme. Après un début d’album bien délicat, il frappe juste, garde une mélodie toute simple, densifie le son, ne s’emballe jamais vraiment, et s’efface quand il sait qu’on est groggy. Quand ils chantent, on dirait évidemment The Notwist, ce qui les rapproche de leurs excellents collègues de label Marble Sounds (sur lesquels on reviendra bientôt). Surtout quand sur les morceaux plus délicats comme Good Luck, Little Fellow. J’ai aussi retrouvé des traces de groupes oubliés comme The Aloof (l’âge, sans doute) ou complètement tendance comme Caribou (Sun Sun en a la fausse décontraction). Et oui, il y a un peu de Radiohead dans cette intrusion de machines dans l’émotion. D’accord, ce sont des références bien ronflantes, mais j’ai plus écouté cet album que le dernier de la bande à Thom Yorke.

Cet album s’appelle We Are Giants. On peut le voir comme une douce ironie, ou alors une certitude qui n’a pas encore éclaté au grand jour. Parce qu’on n’est pas à l’abri d’une surprise, par exemple quand le très délicat Spacemininvaders Pt I se prolonge dans un Pt II bien plus plombé et âpre. Les montées en intensité se font sur le son pur, ce qui est à la fois difficile à réussir et imparable. Sensei en est donc splendide, tout comme Epic Slaughter qui part sur un slogan cryptique (It’s a poor kind of melody/That only works backwards) pour se densifier progressivement. La batterie est en tout cas toujours simple mais judicieuse

Bon, on ne trouvera pas les raisons qui rendent la diffusion de cette musique si limitée. Mais vous aurez compris que c’est une découverte indéniable, comme on en a déjà connu chez Zeal records. Sans doute pas taillée pour les stades, cette musique pourra toucher ceux à qui les références rappelleront de bons souvenirs. Les gens comme vous et moi quoi…

on écoute : https://soundcloud.com/zealrecords/sets/low-vertical-we-are-giants/
on se renseigne http://www.lowvertical.be/
on achète : http://www.zealrecords.com/buy_lowvertical/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)