Accueil > Musique > 2013 > Marble Sounds - Dear Me, Look Up

Marble Sounds - Dear Me, Look Up

mardi 14 mai 2013, par Marc


Dans mes bonnes résolutions qui arrivent bien tard cette année, il y a la promesse de suivre à la trace tout ce qui sort de chez Zeal Records. Je ne conçois même pas qu’une sortie du label louvaniste puisse être décevante. Après la découverte de Low Vertical, passons au retour de Marble Sounds. On avait fondu pour l’album précédent, et on s’apprête à le refaire pour celui-ci. Un raccourci pourrait faire passer ce groupe comme le pendant électrique d’Isbells, autre groupe essentiel de Zeal qui partage quelques membres avec la formation du jour.

J’avais tellement apprécié quand ils branchaient l’électricité en concert où on prenait la vraie mesure de ce qu’ils peuvent faire, que le calme relatif de l’album précédent semblait parfois trop présent. On est donc tout contents de retrouver un morceau plus carré d’entrée de jeu. Ils gardent un petit air de Notwist pour cette façon de trousser des chansons plus inoubliables qu’il y parait. La voix très douce est sans doute un autre point commun. Si la voix reste discrète, la musique n’est de moins en moins, ce qui se manifeste surtout lors des fins de morceaux instrumentales (The Silent Song dont le début est impeccablement délicat). L’électricité, la vraie, viendra de Never lost, Never Won. Je me rends compte que je les apprécie aussi en tant que substitut de Gravenhurst dont je regrette encore les zébrures telluriques.

La délicatesse a fait place parfois à un plus anodin mid-tempo. Mais la bonne nouvelle c’est que ça peut donner très bien en concert. On doit attendre The Little Lows pour retrouver une progression d’accords qui peut faire penser à Sophia. D’ailleurs, le très gentil Ship In The Sand est une reprise du groupe de Robin Proper Sheppard. D’une manière générale d’ailleurs, le niveau mélodique est très élevé, ce qui permettra de multiplier les écoutes, d’en apprécier chaque titre. Il y a aussi un petit peu de violon pour les plus attentifs, parce que parfois, c’est simplement tout doux et c’est très bien comme ça (Leave a Light On)

En augmentant un peu le tempo, Marble Sounds se réserve sans doute des moments de bravoure en concert sans perdre sa délicatesse et sa subtilité. Il est grand temps que ce grand groupe méconnu ait la reconnaissance qu’il mérite. Ça ne dépend que de nous.

http://www.marblesounds.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)