Accueil > Critiques > 2005

Bénabar : Reprise Des Négociations

vendredi 11 août 2006, par marc


Bénabar reprend les négociations. En ces temps de contexte social tendu, il est heureux de voir que quelqu’un est ouvert au dialogue.

On place le CD sur la platine, avec une petite appréhension : la dernière fournée de notre pote Bruno sera-t-elle à la hauteur ? Difficile aussi de parler d’un pote. Un peu comme si je voulais commenter Fred. Surréaliste. Mitigés qu’on est. Déçu par cette version ramollie de Marithie et Gilbert Carpentier, bien plus fringante en concert, un peu de bourdon collé par une chronique du temps qui passe (Quatre murs et un toit).

Bon, je vais peut-être choquer, mais ce Bénabar-là me rappelle le Renaud d’il y a 25 ans. Cette proximité, cette facilité d’écriture, cette élégance pour passer du léger au plus grave. Même l’incompréhension qui me tient face à leur paternité. La berceuse me semblait plutôt destinée à son usage domestique. Il reste évidemment des bennes de différences : pas d’argot (mais qui se formalise encore du vocabulaire de Renaud d’il y a un quart de siècle ?), moins d’engagement. Encore que le Qu’est-ce que tu voulais que je lui dise ? montre une attitude, si pas engagée,au moins concernée.
Comme souvent, c’est les morceaux plus nerveux qui me plaisent (Le dîner) et ses observations toujours judicieuses (Les épices du souk du Caire, Le méchant de James Bond).

Chanter le quotidien, voilà le créneau de Bénabar. Et comme le talent de notre pote Bruno (Il est fatalement un pote, même s’il ne nous a jamais vus) est indéniable, on se réjouit, avec en prime un chant d’amour à Bruxelles (il a habité Saint-Josse et a survécu).

Bon, quelques différences avec les autres albums : les orchestrations sont un peu plus passe-partout (sauf, peut-être Les épices du souk du Caire). Moins de flamboyance à la Majorette en vue. On reste sous le label parfois infâmant ’chanson française de qualité’. Mais on a des attentes fort différentes vis-à-vis d’un auteur francophone. On ne demande qu’une chose : quelques chansons de plus du même tonneau. En voilà donc je suis content (et Fred aussi le sera, je suppose).

Un bon point aussi pour le morceau caché (Christelle est une ordure) qui est beaucoup plus brut mais assez réjouissant. Dernier conseil avant de vous laisser partir : N’oubliez pas de le voir en concert. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)