Accueil > Musique > 2013 > Slow Earth - Latitude and 023

Slow Earth - Latitude and 023

vendredi 24 mai 2013, par Marc

De nulle part


D’une manière générale, j’évite de faire référence au dossier de presse, constatant à quel point ça rend une critique peu naturelle. Mais celui-ci m’a intrigué. Il y est dit (dans un anglais fruste) que le groupe vient d’une ville industrielle de l’Europe de l’est, sans dire laquelle, et précise que tous les membres ont travaillé avec enthousiasme et engagement, ce qui ressemble plus à une profession de foi louveteau qu’à de l’arrogance pour presse musicale britannique. En gros, on ne sait rien de ce qu’est le groupe ni ce qu’il propose.

On attend sur le premier morceau une montée, une explosion. Tout est là, le clavier qui se retient, les brouillards de guitare. Cette acmé ne viendra pas, ce n’est pas grave, on est motivés et attentifs pour la suite

Self-formed Intro est comme son nom l’indique la rampe de lancement du morceau. Étrangement, le soufflé retombe un peu, comme un sauteur qui prend son élan et puis décide qu’il tentera le bac à sable les pieds joints. Le morceau en lui-même n’est pas mal du tout, ressuscitant des groupes des années ’90 qu’on a un peu oublié comme les excellents The Aloof (My pride est aussi dans cette lignée), mais il aurait peut-être gagné à se débrouiller tout seul. La voix semble tout droite sortie d’un groupe britpop des années ’90. Pas excessivement expressive, elle est tout à fait correcte et en place.

Quand ils lâchent leur énergie sur le plus carré Change Nothing, c’est sans doute un chouette défouloir mais c’est bien moins personnel du tout. Ils arrivent aussi sur un morceau à faire tout le chemin, de bas en haut.

On ne savait rien de ce groupe et on n’en sait pas vraiment plus maintenant, sauf que les surprises peuvent venir de partout. Voilà donc un petit album (ou gros EP, c’est selon) sans prétention qui pourra rappeler de bons souvenirs.

http://www.slowearth.se/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)