Accueil > Musique > 2013 > Deb Oh and The Cavaliers - Hieroglyphs

Deb Oh and The Cavaliers - Hieroglyphs

vendredi 7 juin 2013, par Marc

A suivre


On a peu de nouvelles des chanteuses qui étaient arrivées groupées il y a à peu près deux ans. On a bien entendu revu et réentendu Hannah Peel, mais bien malin qui pouvait prévoir qui allait ‘exploser’, se révéler complétement. En attendant l’album de Lia Ices, voici donc un EP de cinq titres pour Deb Oh qui reprend la main pour la garder sans doute longtemps.

La New-Yorkaise est maintenant entourée de ses Cavaliers et visiblement, ça lui donne beaucoup d’assurance. Que ce soit pour reprendre The National à l’arrache ou se frotter à une musique qui a pris beaucoup de soul depuis le joli et prometteur premier EP. C’est donc un peu surprenant, parce qu’elle s’éloigne sensiblement de ce qu’elle semblait suivre (Feist) pour s’aventurer vers une soul blanche qui n’est a priori pas ce que je préfère mais qui est servie avec tellement d’aplomb que je me vois forcé de succomber. Parce qu’il y a ce petit supplément de force, cette puissance de feu supérieure qui n’est parfois pas sans rappeler l’abattage de Florence Welch (Love Lost)

Mais comme sur le premier EP, il y a toute une palette chez Deb Oh, et elle l’étire vers quelque chose de plus langoureux, prenant avec Primacy (son violon, son petit riff de guitare !) et Poursuit Of.

Deb Oh et ses Cavaliers sont prêts, ils sont affutés et s’ils arrivent à maintenir ce niveau sur la longueur d’un album, on tient une vraie promesse. S’éloignant du joli pour faire du solide et de l’intense, Deb Oh est plus que jamais une figure à suivre.

Intrigué ? C’est en écoute intégrale ici : http://deboh.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)