Accueil > Musique > 2013 > Lumerians - The High Frontier

Lumerians - The High Frontier

mardi 11 juin 2013, par Marc

Kool-Aid Acid Test


En entendant Dogon Genesis en ouverture du dernier album des Lumerians, on pense sans doute à Wire, pour cette combinaison d’une guitare lancinante et d’un chant à la limite de la déclamation, ce n’est pas ce pan-là de la musique moderne qui sera mis à l’honneur.

On aime les groupes à forte personnalité, qui peuvent incorporer beaucoup d’éléments qu’on aime pour les mêler à un style personnel. Lumerians n’est pas loin d’accomplir cette performance parce qu’au-delà de musique de fond pour défonce vintage, il y a des morceaux qu’on aime réécouter. C’est évidemment très influencé par la scène psychédélique des années ‘60. Mais avec un sens dramatique qui rend l’expérience émouvante, pas seulement lysergique (The Bloom). Il faut donc de la délicatesse, de l’écriture et une bonne dose d’implication. On a tout ça ici.

Même l’origine du groupe (San Francisco) est une invitation à relire The Kool-Aid Acid Test de Tom Wolfe, un des premiers reportages sur ces communautés hippies (qui ne s’appelaient d’ailleurs pas comme ça) sur fond de soleil, de liberté et d’expériences légales (on n’avait pas encore interdit le LSD, encore confidentiel). La fin de The Bloom est évidemment trippée mais quand on a comme moi été biberonné d’Ummagumma, il y a un plaisir certain à retrouver cet état d’esprit le temps de Smokies Tangle.

Ce n’est pas le chemin de Katmandou, parce qu’on ne sent pas une nostalgie sous-jacente. Je préfère ceux qui mettent au goût du jour de vielles recette à ceux qui estiment que c’était mieux avant. Les auditeurs de Classic 21 ne seront sans doute pas d’accord. Ce n’est pas une analyse musicale rigoureuse, mais quand la rythmique se fait plus présente du de la musique psychédélique, on n’est pas loin du Krautrock (musique tendue pratiquée dans les années ’70 par des formations comme Can, Faust, Neu ou Amon Düül II). C’est exactement ce qui se passe sur Life Without Skin (j’aimerais pas ne pas avoir de peau…) et l’influence tribale qu’on perçoit ça et là vient encore confirmer cette impression.

Le dernier Akron/Family m’a un peu perdu en route, celui-ci m’a accompagné plus longtemps. Il faut le reconnaitre aussi, le spectre balayé ici est plus restreint. Mais le talent de ces Californiens est d’avoir encapsulé le son d’une époque dans des morceaux plus fiévreux que nostalgiques.

http://lumerians.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)