Accueil > Musique > 2013 > Editors - The Weight of the World

Editors - The Weight of the World

lundi 1er juillet 2013, par Marc

Ce n’est qu’un au-revoir


Peut-on attendre une surprise d’un groupe qu’on pense bien connaitre ? C’est sans doute ce qui m’a poussé à écouter cet album d’Editors même si depuis l’album précédent, ils semblaient dévier de leur camp de base établi en terres cold. Cet album est donc la suite logique d’In This Light and On This Evening. On s’attend à un son bigger than life et c’est un peu ce qu’on a sur le calme et puissant The Weight dont la fin laisse poindre une dérive pompière. Mais c’est pour la bonne cause, et ce n’est pas comme si cet album d’Editors nous prenait par surprise.

La voix est un marqueur évident et sans elle, A Ton Of Love pourrait être un U2 récent, un peu empâté mais pas trop, confortable et ronronnant, ceux qu’on écoute poliment en attendant les tubes. Avec un peu plus de puissance parce que le public est sans doute plus jeune. Étrangement, cette voix m’a semblé proche de Dead Can Dance. C’est manifeste sur Sugar (morceau qui pêche sans doute par des violons trop synthétiques). On retrouve donc l’expressivité altière de Brendan Perry. En voix de tête, c’est évidemment très différent et carrément pas top (What is This Thing Called Love). Je ne dirais qu’un mot : Ouille. On a appris sans surprise le goût de Smiths pour le sucré lors de son escapade Smiths & Burrows. Mais les albums de Noël, c’est comme Bollywood, c’est tellement éloigné de nos habitudes qu’on peut apprécier ou pas (plutôt ou pas dans mon cas) mais le gap culturel ne nous permet pas de l’appréhender sereinement.

Sur le second album, tout marchait, et on était emportés presque malgré soi, le cerveau disant que c’était facile et les autres organes qui succombaient malgré tout. C’est une impression éminemment subjective (comme toutes les impressions, en fait…) mais qu’on a pu revérifier à chaque fois qu’on a recroisé l’album. Maintenant, les guitares cèdent souvent la place à des nappes de synthé et de violon. Bon, la voix de Smith peut tenir l’espace sonore toute seule, c’est certain.

Oui, il reste un peu de guitare au fond de Formaldelhyde. Les chœurs ne sont pas un problème en soi, mais sur ce morceau, ça ajoute une dose de sucre qu’on aurait aimé éviter. Ecoutez n’importe quel morceau du second album pour constater le gros bond en arrière (et c’est super dangereux de sauter en arrière…).Les hohooo d’Honesty lorgnent plus du côté de Coldplay (pas trop loin, donc) que de Joy Division. Finalement, Interpol a eu un virage bien moins brusque vers le coté public de la force

L’album précédent comportait au moins un tube patenté, le seul de leur carrière sans doute. Pas vraiment d’équivalent à Papillon ici, même si certains morceaux font encore bien plaisir aux oreilles (Phone Book).

Editors sort de mon radar. C’est insignifiant et ne devrait pas gâcher votre plaisir si vous aimez ça. Le talent n’est pas parti, il est simplement allé s’exprimer dans une forme qui m’enthousiasme moins. Toute la différence entre ‘c’est pas bon’ et ‘j’aime pas’ est là. Au revoir Editors, je vous dois beaucoup, bon amusement pour le reste de votre carrière.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 2

    Ce n’est certes pas la première fois qu’un groupe sort deux albums la même année, mais c’est suffisamment rare pour qu’on le mentionne. Et puis comme on avait passé un bon moment en compagnie du premier volet, celui-ci était forcément attendu.
    Si on se demande ce qui différencie les deux volumes, on peut dire que celui-ci privilégie la puissance. Pour le meilleur mais pas que. Mieux que bien des formations, Foals a compris que maintenir le rythme est la meilleure manière d’éviter la chute. Et ça (...)