Accueil > Musique > 2013 > Le Coin des Découvertes (VI) - Aedi, Leaf House, The Future Primitives

Le Coin des Découvertes (VI) - Aedi, Leaf House, The Future Primitives

mercredi 3 juillet 2013, par Marc


On continue donc la mission de découverte. Au programme, des Italiens à l’étiquette étrange, des Liégeois qui lorgnent du côté de la bande d’animaux outre-Altantique et des Sud-Africains dans un garage moite.

Aedi - Ha Ta Ka Pa

Quand on les laisse faire, les groupes peuvent s’inventer de bien rigolotes étiquettes. Les Italiens d’Aedi se revendiquent ainsi du Satanic Folk. Dans les faits, cette musique musclée a quelques atouts pour séduire, comme en témoigne Animale qui attaque de front. Avec Riff un peu lourd et une voix féminine assez haut perchée qui n’a besoin que de très peu pour occuper l’espace.

Une chouette nervosité s’impose sur Rabbit On The Road, un peu comme si The Kills ne jouait plus sur une sensualité supposée mais leur énergie seule. Ils savent en tous cas rester spectaculaires en proposant quelques bienvenus déluges de percussion (Idea, Yaca) ou en proposant une belle montée psychédélique (Prayer Of Wind). L’étiquette amusante recouvre donc un pot souvent savoureux

http://www.aedimusic.it/

Leaf House - Allthafa

Pas facile de passer outre une ressemblance quand on en détecte une. Par exemple, Breakfast sur le premier EP des Liégeois de Leaf House (oui, c’est bien chez Jaune Orange) fait immanquablement penser à Animal Collective. Tout y est, le placement de la voix (flagrant aussi sur Echoes), la montée brusque.

On a déjà suivi plein d’émules des New-Yorkais, surtout il y a quelques années, et il faudra aller chercher ailleurs leur originalité. On la trouvera dans la volonté de ne pas pousser trop loin le défrichage expérimental mais de privilégier une très plaisante teinte pop qu’ils maitrisent bien. Ceci est un premier EP, qui résume toutes les influences, fait le point sur toutes les envies (ils citent Yeasayer et Vampire Weekend, ce qui est pertinent). L’avenir seul nous dira si une personnalité singulière en émergera. C’est tout le mal qu’on nous souhaite.

http://leaf-house.bandcamp.com/

The Future Primitives - Songs We Tought Ourselves

Amis de l’exotisme, bienvenue. C’est d’Afrique du Sud que proviennent The Future Primitives, ce qui me fait réaliser que je n’ai jamais parlé de ce continent ici.

Je suis un auditeur lambda en plus bavard, donc je ne vais pas tenter de me faire passer pour un spécialiste. Comme pour tous les genres qu’on ne connait que superficiellement, tous les groupes se ressemblent peu ou prou. Je peux donc dire sans gêne que pour faire bonne figure dans ce style ‘garage’, il faut produire comme si tout avait été enregistré sur une vielle cassette, ce qui donne en effet une patine seyante au genre. De mon point de vue donc, c’est plutôt réussi, avec un beau brassage qui donne l’impression d’une bande ayant trop longtemps séjourné dans la jungle et qui aurait absorbé la moite sauvagerie ambiante. L’orgue de The Fly fait plutôt penser à de vieux machins réjouissants comme les premiers B52’s (je vous l’avais dit, je ne suis pas un connaisseur) et j’ai aussi facilement distingué mes petits préférés (Zig Zag Wanderer).

http://thefutureprimitives.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)