Accueil > Musique > 2013 > Goldheart Assembly - Long Distance Sound Effects

Goldheart Assembly - Long Distance Sound Effects

samedi 24 août 2013, par Marc

Il y a une vie après les seventies


C’est presque statistique, tous les groupes ne peuvent pas décevoir, tourner en rond ou quitter notre radar. Il est obligatoire que des albums nous surprennent positivement, viennent transcender un souvenir sympathique mais pas mémorable. Vous aurez compris que c’est dans cette catégorie qu’on retrouvera le second album des Londoniens de Goldheart Assembly.

Premier élément de changement, le rock teintées seventies est certes toujours présent, mais présenté dans des atours différents. Billy In The Lowground est plus proche d’un Grizzly Bear qui aurait limé ses griffes. C’est peut-être un peu plus doux, mais les ressurgissements de guitares sont assez typiques de groupes comme Department of Eagles.

Par moments, ce pourrait être le rock planant de notre génération de cruise control. La virée cheveux au vent moite est maintenant remplacée par une efficace climatisation. Pas d’assauts libérateurs lysergiques pour The Idiot, mais un morceau qui trace sa route, qui trace la route, une légère mélancolie de soleil couchant qui reste tenace. Et on se rappelle qu’on avait autrefois aimé quand Supergrass prenait la route. On ressent ça aussi pour le plus linéaire Into Desperate Arms.

La voix, haut perchée, donnera une coloration à certains morceaux, et on ira chercher chez la dernière génération de groupes Sub Pop des points de références comme Fleet Foxes (Linnaeus) ou The Shins (troublant sur Sad Sad Stage). De ces derniers ils ont accaparé la même voix haute noyée d’écho, la même complexité qui se donne des airs d’accessibilité, ces mêmes mélodies qu’on écoute facilement sachant qu’on ne pourra jamais les reproduire. Ils ont aussi prévu des petites douceurs comme Harvest In The Snow (plus proche de leurs compatriotes de Leisure Society) ou Stephanie And The Ferris Wheel dont la fin symphonique annonce le feu d’artifice final de Bird On a Chain.

Après un premier album qui sentait bon le retour de l’insouciance seventies, Goldheart Assembly s’est concentré sur ses morceaux plus que sur un style préconçu. Ce qui fait de ce second essai un album bien plus cohérent et agréable de bout en bout.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)