Accueil > Musique > 2013 > The Dodos - Carrier

The Dodos - Carrier

mardi 27 août 2013, par Marc

Plaisante habitude


Loin de moi l’idée d’éluder cette critique, mais je sens que je pourrais sans trop de problèmes recycler ce qui avait été dit à l’époque de l’album précédent No Color. Après quatre albums la surprise est éventée, de même que toute notion de déception. On a compris ce qui nous plaisait chez The Dodos, ce qui les rends attachants et reconnaissables.

Sans les artifices et les marqueurs du début, les morceaux doivent se débrouiller tous seuls, et ils le font bien, parce que même ralentir le tempo ne les fait pas partir en vrille (Family), ce qu’ils compensent par une guitare plus solide. Ils ont épaissi le son sans devenir bruyants, et leur chant qui semblait un peu discret peut se révéler d’une surprenante profondeur. Ocean reste très délicat dans le chant et la mélodie mais c’est la musique qui prend le dessus, qui emmène le morceau au-dessus de lui-même. Pas de doute, c’est là que réside la nouvelle force de frappe des Dodos. La fin de Confidence s’emballe, de façon bien plus solide qu’auparavant.

La musique des Dodos est souvent répétitive, mais c’est de cette relative âpreté que nait leur charme, parce qu’ils savent trousser des mélodies et la conjonction d’une rythmique présente et de la délicatesse de l’écriture fait mouche à presque tous les coups.

Maintenant loin de toute agitation médiatique, The Dodos est sans doute un groupe comme Menomena ou The Walkmen, une valeur sûre d’un rock foncièrement indépendant, qui ne connaîtra jamais les grandes scènes sans doute et n’est plus suffisamment jeune pour que la disparue blogosphère s’emballe, emportant un succès d’estime auprès de fans fidèles. Finalement, la progression des Dodos est très linéaire et logique. Plus solide et mélancolique, Carrier est sans doute ce qu’on pouvait en attendre de mieux, à savoir l’album qu’on aimera réécouter, qui ne nous fera pas perdre le contact avec cette formation si attachante.

http://www.dodosmusic.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)