Accueil > Musique > 2013 > Séance de rattrapage #18 - Visite de niches

Séance de rattrapage #18 - Visite de niches

vendredi 30 août 2013, par Marc


Une connaissance et deux groupes dont vous n’avez sans doute pas entendu parler (qui m’étaient inconnus en tout cas), voilà de quoi il sera question aujourd’hui.

Little Black Dress - Don’t Worry Baby

Il semble qu’on soit submergés pour le moment (voir ci-dessus) de groupes pop éthérés. Celui-ci l’est tellement qu’il force à tendre l’oreille pour que les voix soient audibles. Dans ce duo, Toby Pipes a fait partie de Deep Blue Something (Breakfast at Tiffany’s, quelqu’un ?) et c’est à peu près le seul repère biographique que je puisse vous offrir.

Pour ne pas dégainer des références d’il y a 20 ans on parlera de Film School et des Engineers, deux groupes qui eux aussi cachent leur complexité et leur facilité pop dans des atours flous. Pas noisy pour un sou, c’est de la musique de bain moussant, qui m’a permis de retrouver le souvenir ému de vieux Ride (In Melancholy).

http://littleblackdressband.com/

Midnight Faces - Fornication

C’est via un EP récent qu’on avait découvert ce duo américain. Soyons complètement honnête, il n’avait pas laissé un souvenir transcendant. On retrouve pourtant les quatre titres ici et paradoxalement, plus de morceaux rendent l’album plus cohérent, et l’indifférence fait place à une familiarité bienvenue. Parce que Midnight Faces est un groupe discret, avec des morceaux qui sont tout sauf flashy malgré un chanteur très expressif.

Midnight Faces est un autre groupe de dream-pop qui regarde en l’air, qui flâne au ralenti. Fornication est en tout cas léger et aérien, mais plus chargé de synthés que de brouillards de guitares. Quand ils poussent encore plus loin le curseur vers le synthétique, ça reste vraiment pas mal (Holding On). Ils peuvent aussi réussir la belle fin dense et brouillardeuse du final Heartless

En tournant autour de cet album, j’ai fini par beaucoup le réécouter et toujours avec plaisir et il est devenu presque par hasard un de mes disques les plus écoutés cet été.

http://www.midnightfaces.com/

Soft Metals - Lenses

Une des caractéristiques de notre époque est l’effacement de la mode au profit d’une superposition de tendances plus ou moins pérennes. Peut-on parler de retour des années ’80 quand on en parlait déjà il y a quinze ans ? Tout dure plus longtemps, mais plus caché. Et ce n’est sans doute pas cet album qui va faire connaitre le duo de Portland.

Certes, il reste proche de ce qu’on avait apprécié sur leur premier album, mais peut-être s’est-on lassés, ou ont-ils un peu moins d’inspiration. Alors, oui, ça ressemble toujours un peu à ce que faisaient Miss Kittin and The Hacker. La différence, c’est que la voix est d’un tout autre niveau et permet de rester tout à fait pertinente sans que le tempo ne doive être soutenu (When I Look Into Your Eyes).

Contrairement au duo français aussi, on sent plus de courants froids qu’Italo Disco. Et sur la longueur, ils sont plus rêveurs que véritablement dansants. Surtout quand ils accrochent des lambeaux de voix au répétitif In The Air ou laissent traîner agréablement leur torpeur le long d’On A Cloud. Les deux instrumentaux m’ont moins captivé, notamment ce dernier morceau qui laisse un peu l’impression qu’ils ont quitté le studio et laissé tourner les machines sans eux pendant près de 8 longues minutes.

Rien n’a vraiment changé, même la pochette est identique, mais pour les amateurs de froideur synthétique mais rêveuse, Soft Metals reste une référence de niche.

http://soundcloud.com/soft-metals

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)