Accueil > Musique > 2013 > Okkervil River - The Silver Gymnasium

Okkervil River - The Silver Gymnasium

vendredi 6 septembre 2013, par Marc

Un album poids moyen


Quand on me parle de gymnase, de New-Hampshire (l’état d’origine de Will Sheff), de récit intimiste et d’histoire de familles, de parents professeurs dans un internat, j’ai l’impression de lire un quatrième de couverture de John Irving. Comme chez l’auteur américain, on retrouvera sur sa route une histoire entamée à l’enfance, de l’innocence qui se perd, le pas trop lent de la vie adolescente dans une petite ville, la renommée qui vient toujours à un moment ou un autre même ils sont écrivains ou acteurs chez Irving et pas chanteurs. D’ailleurs, pour ajouter une dimension plus tangible à l’expérience, vous pouvez même vous balader dans la carte de Meriden, New Hampshire ici

Evidemment, c’est un album d’Okkervil River, mais toute l’écriture de Will Sheff l’infuse si totalement qu’on pourrait le prendre pour un album solo. Evidemment, les musiciens restent sobres et efficaces, pour permettre à Will d’être expressif. D’ailleurs, lors des premières écoutes, il est manifeste que si c’est un album dans la lignée de ce qu’on leur connait, la flamboyance n’apparaît pas trop. Et quand elle est très manifeste (All The Time Every Day) on perd un peu en lisibilité.

Le tout peut apparaître assez positif même si le propos ne l’est presque jamais. (And it’s not alright/It’s so far from alright sur Down Down The River). Les plus enjouées n’étant sans doute pas les meilleurs (Stay Young). La voix n’a évidemment rien à voir, mais on a souvent placé Okkervil River dans le sillage narratif de Bruce Springsteen et on en retrouve des traces dans la musique ample et dans la narration. Au rayon des connaissances, on peut ressentir des affinités avec Pulp sur un Pink Slips, la voix qui pousse un tempo lent, et un ton à la fois joyeux et désabusé d’Acrylic Afternoons. White irait plutôt lorgner du côté d’Echo and the Bunnymen quand la voix ne s’élève pas trop.

Sans vraie locomotive, cet album s’aborde comme souvent chez eux d’une traite. Pourtant lt Was My Season se révèle écoute après écoute comme un de ces morceaux dont on ne se défait pas. On reste cependant loin de l’enchainement de perles presque pop de The Stage Names. Mais outre le joli effet d’ensemble, on notera la belle intensité de Walking Without Frankie (dont le motto est Confidence Is Like A Tumor). Et puis il y a le plus brillant Where The Spirit Left Us, où encpre mieux qu’ailleurs on goûte ce mélange de nostalgie tenace et d’euphorie

Les romans de John Irving n’ont pas toujours eu les adaptations cinématographiques qu’ils méritaient (même si elles sont toutes dignes) parce qu’il est difficile d’en faire ressortir toute la foisonnante flamboyance. Une série serait sans doute un meilleur format. Mais cet album d’Okkervil River pourrait être une troublante transposition musicale de cet univers. Les artistes peuvent arriver à transcender leur passé et donner à leur quotidien révolu une résonance plus large. Will Sheff est définitivement de cette race.

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Au moment de boucler, je tombe sur leur site et l’hallucinant jeu qui l’accompagne : allez-y de ma part http://www.thesilvergymnasium.com/. La version 8-bit de Down Down The Deep River vaut à elle seule le déplacement.

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)