Accueil > Musique > 2013 > Porcelain Raft - Permanent Signal

Porcelain Raft - Permanent Signal

vendredi 13 septembre 2013, par Marc

Plein de nuances de gris


Il n’a finalement pas fallu attendre très longtemps pour entendre reparler de Porcelain Raft, le projet de l’Italien Mauro Remiddi. Cette fois, ce musicien qu’on pensait solitaire s’est entouré du batteur de Yuck, du bassiste de The Antlers et du violoncelle d’un collaborateur fréquent de Sufjan Stevens et The National.

Bien honnêtement, si ce casting étendu de qualité a dû affecter les compositions, on se retrouve très vite en terrain connu avec la belle prise d’intensité de Think Of The Ocean. Ce qui transcendait le premier album par moments, c’étaient ces éclairs mélodiques qui perçaient le doux brouillard, cette évidence. Echo retrouve l’état de grâce du premier album. Cluster se maintient bien aussi et il tente un brouillard est plus franchement électronique sur It Ain’t Over qui se retranche aussi derrière un peu de percussions et est bien réussi.

Tout est dans les détails, et il y en a parfois un petit qui gêne. Le refrain du par ailleurs bon Night Birds. Ou alors la batterie plan-plan d’I Lost Connection, Pourtant, il y a plein de chose à aimer, le piano ou la trompette par exemple. Bien évidemment, rien n’est mièvre, mais la sensibilité confine parfois à la préciosité. Etrangement, sur ce morceau, en faire un peu plus ramène le morceau du bon côté de la frontière entre kitsch et intensité. Cet album met beaucoup plus de temps à se révéler que le précédent, ce qui fait que lors des premières écoutes on passe du temps à analyser des détails. Mais l’impression générale reprend le dessus et la présence de morceaux aussi immédiats que celui qui est présenté en écoute ci-dessous aide bien évidemment.

Après Youth Lagoon, Memory Tapes et Perfume Genius dans des genres connexes, on se rend compte que le cap du second album est souvent crucial quand l’enchantement de la découverte n’est plus là. On attend le prochain Low Roar avec un tout petit peu d’appréhension du coup. Mais pour avoir passé un temps certain en compagnie de ce Permanent Signal, toutes ces formations gardent notre sympathie et notre attention.

http://porcelainraft.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)