Accueil > Concerts

Wooden Wolf, Aqua Rome, Saint-Gilles, 27/09/2013

samedi 28 septembre 2013, par marc

Insurpassable intimité


Quelle sont les meilleures conditions pour apprécier une musique ? Ca dépend de la musique, naturellement, mais il va de soi que pour ce qui est plus ’folk’, c’est l’intimité qui prime.

A Bruxelles, on a la chance d’avoir de petites salles bien accueillantes, la Rotonde étant unanimement appréciée par exemple. Mais on peut encore découvrir de nouveaux endroits comme cet Aqua Rome à Saint-Gilles. Je vous avais déjà dit tout mon enthousiasme pour le premier album de Wooden Wolf, donc je n’imaginais pas manquer la découverte en live.

C’est tout seul qu’Alexandre se présente à nous, avec une guitare, pas d’ampli, pas de micro. On l’a dit, c’est authentique jusqu’à l’os. Et là, impossible de tricher, de se sauver par un son hénaurme et de la pyrotechnie. Les morceaux de l’album sont toujours là, plus nus mais toujours souverains. Les introductions ne brisent pas le mystère, et établissent un contact bien sympathique. Bonne nouvelle, il y a beaucoup de nouvelles chansons. Une partie figurera sur un album en cours de mixage, et le reste, ben ce sera pour plus tard. On ne peut que s’en réjouir.

La justesse d’interprétation peut faire penser à Sophia et autres Conor Oberst. Ses références à lui sont plutôt Bonnie Prince Billy (un des nombreux avatars de Will Oldham) et Daniel Johnston dont il reprend le très beau True Love Will Find You In The End. On aura droit à d’autres reprises, These Boots Are Made For Walking ou l’exhumation de l’antique et mythique morceau de Woodstock de Country Joe Mc Donald (Give me a ’F’ !, ça se regarde ici) sur lequel il nous laissera, ravis et enchantés.

Un jour, Wooden Wolf aura le succès que son talent mérite. Et on se souviendra qu’on l’avait apprécié, tout seul et déjà au sommet de son art. Pour les rencontres, pour l’intimité des prestations, on sait qu’on reviendra ici.

Toutes ces photos et d’autres ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • The Veils, Botanique, Bruxelles, 11/06/2023

    Appelez-ça de la fidélité si vous voulez, mais quand The Veils passe en Belgique, on se doit de (re-re-re)voir ça. Mais reprenons les choses au début. La première partie est assurée par Nana M Rose qui déboule seule avec sa robe à volants et une claviériste. C’est forcément simple, on se dit que les morceaux sont recueillis et que sa voix est belle mais en au moins deux occasions, c’est bien plus fort (...)

  • Xiu Xiu, Botanique, Bruxelles, 31/05/2023

    S’il est vrai que les plaisirs viennent des contrastes, l’enchainement d’Elton John au Sportpaleis (oui oui c’était très bien) et de Xiu Xiu à la Rotonde du Botanique a de quoi ravir. Mais reprenons les choses depuis le début. Si vous êtes à la recherche d’une première partie qui met tout le monde dans l’ambiance, alors Landrose est un excellent conseil. Evidemment, il faut que le public potentiel accepte (...)

  • Albin de la Simone, Botanique, Bruxelles, 28/04/2023

    Les Nuits Botanique fêtent leurs 30 ans ! Pourtant, la fête n’est pas au rendez-vous. Pas de musique d’ambiance, pas de foodtruck en vue, seul le chapiteau dans le joli parc indique qu’on n’est pas un jour ordinaire.
    Passons, on est là pour revoir Albin de la Simone. On avait senti sur son dernier et excellent Les Cent Prochaines Annéesqu’il prenant un (petit) tournant. Ca se confirme sur scène avec (...)

  • Will Sheff, Botanique, Bruxelles, 10/03/2023

    Quelques images d’un concert une fois encore fantastique de Will Sheff. Avec de tous nouveaux musiciens, il garde toute son intensité et sa versatilité en fait une sorte de Neil Young pour la génération toujours dans la vie active. Evidemment, son seul album solo Nothing Special a fourni l’épine dorsale de la setlist, mais des classiques sont toujours là. On ne se lassera jamais d’Okkervil River (...)