Accueil > Critiques > 2013

Midlake - Antiphon

jeudi 7 novembre 2013, par marc

Un chanteur de perdu, un de retrouvé


Un chanteur qui s’en va pendant l’écriture d’un album, on a déjà démoli un groupe pour moins que ça. Si Jonathan Meiburg décidait d’aller consacrer son temps à l’observation des oiseaux (il est ornithologue de formation après tout), je ne donnerais pas cher de l’existence de Shearwater. Mais le cas de Midlake est différent. Une fois la séparation consommée et Tim Smith parti voler de ses propres ailes avec son projet Harp, le reste du groupe a décidé de recommencer le travail d’écriture et de composition à zéro. Ils chantaient déjà à plusieurs, donc c’est un des guitaristes qui s’est déplacé vers le milieu de la scène. Et bien franchement, c’est bien mieux qu’une doublure et parfois même carrément épatant.

Il faut le dire aussi, tout n’est pas comme avant. Le recueillement presque mystique des albums précédents n’est plus là, fatalement. Mais sans cette composante qui faisait une grande différence, ils maintiennent remarquablement le cap. Ceux qui avaient déploré l’orientation prise avec The Courage of The Others seront logiquement encore moins à la fête ici.

Antiphon est en tout cas le morceau qu’on attendait d’eux, qui nous avait rassurés. Ile entame les hostilités ici et est de bon augure. C’est toujours la même décharge d’euphorie sur la plage titulaire ou The Old and The Young, qui reste mon petit préféré. On y retrouve ces fausses décélérations à la flûte où au clavier qui aèrent le morceau. L’incunable Roscoe avait déjà ça et ce procédé est repris ici avec succès, avec une remontée de fin de chorus en pente douce tout à fait délectable.

Des concerts on retrouve aussi les fougueux passages instrumentaux (Vale). C’est un groupe avec une maitrise énorme et ça se sent. On sait que ce morceau prendra tout son sens sur scène (même si on ne l’a pas entendu). Ages s’empêtre un peu dans ses propres entrelacs mais ce n’est pas trop grave, tout comme on ne déplore même pas Corruption ou Provider Reprise. Parce qu’ils arrivent à faire du solaire avec This Weight qui arrive assez opportunément pour réveiller la seconde partie de l’album.

Pas fan de Van Occupather mais renversé par quelques-uns de ses titres, complètement séduit par The Courage Of Others et leurs prestations scéniques, j’étais fatalement un fort bon client pour celui-ci. Oui, Midlake est devenu un autre groupe, mais qui a su tirer parti de circonstances défavorables pour affirmer une personnalité forte.

http://midlake.net/index.php

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Midlake - Antiphon 17 janvier 2014 09:08, par allow

    Bonjour Marc,
    Comme ce dernier opus de Midlake ne m’avait pas trop plû à l’époque et comme je vois qu’il est plébiscité par pas mal de lecteurs (en plus de toi) ds les tops de fin d’année, me suis dit que je devais lui redonner une deuxième chance... Voilà c’est fait mais non, rien à faire, j’accroche sur rien, émotiomètre tout à fait plat pour ma part et donc contrairement à pas mal de personnes, je digère mal le départ de Tim Smith. Et pourtant, je fais partie de ceux qui ont vénéré the courage of others... ici, je sais pas, j’ai un côté "mainstream" qui ne passe pas du tout...

    repondre message

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)