Accueil > Musique > Concerts > Albin de la Simone, Botanique, 25/11/2013

Albin de la Simone, Botanique, 25/11/2013

mardi 26 novembre 2013, par Marc

Bis repetita très bien


Ces derniers temps, j’ai eu tendance à me rendre à des ’gros’ concerts, dans de grandes salles ou précédés d’un gros battage. Retour aux affaires plus normales avec un concert plus intime d’un artiste qui a tout de même livré un des tout meilleurs albums de l’année, le très dense et sans défaut Un Homme.

Si vous avez lu le compte-rendu du concert du mois de mai, tout s’applique ou presque. Mais puisque vous insistez pour que je fasse un article en bonne et due forme, on va surtout se concentrer sur les différences.

Le lieu tout d’abord, puisqu’au lieu du Musée du Botanique on est assis dans l’Orangerie. La première partie ensuite, puisqu’ici il y en a une. Le Yéti jouera même plus de 50 minutes. On aurait aimé la même clémence pour une Basia Bulat pour qui on s’était déplacé. Pour le reste, le trio (plus vu depuis longtemps) reste sympathique, avec, surprise, Owen Pallett. Ah non, ça c’était hier. Aujourd’hui c’est Greg Carette (Snooze sur Pure Fm, tout ça...) qui est un des deux multi-instumentistes. Le meilleur morceau joué est visiblement inédit, avec une vraie basse dedans et on aimerait vraiment le réécouter. Le reste est plus gentil, très propre mais peu mémorisable.

La scène se vide alors (pas la salle heureusement, pas trop remplie pourtant), presque complètement. Il ne reste plus qu’un clavier et une enceinte. Oui, il la rejoue acoustique. Les morceaux seront tous les mêmes, ou presque. Pour reprendre les différences, la violoniste n’est plus la même (mais reste parfaite) et on n’aura pas droit à Catastrophe.

Ce qui n’a pas changé, ce sont les morceaux impeccables, l’équilibre très stable entre émotion réelle et humour non feint et cette délicatesse d’écriture limpide. Et puis ce violon et ce violoncelle apportent vraiment un habillage classieux aux morceaux. Jamais sucrés, jamais vraiment arides, ils soulignent les chansons tout en finesse. La voix un peu enrouée par un petit rhume, Albin reste charmant, n’en fait pas trop pour mieux laisser son répertoire s’exprimer. En ce mois de novembre très chargé, le retour sur un des artistes de l’année s’imposait donc.

EDIT : l’ensemble des photos est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)