Accueil > Musique > 2013 > Aidan - Le Grand Discours

Aidan - Le Grand Discours

jeudi 5 décembre 2013, par Marc

Un goût de voyage


C’est un fait, les noms compliqués ne s’oublient pas plus vite que les autres. Au contraire même. Donc je me souvenais avoir vu Aidan and the Italian Weather Ladies en première partie de Get Well Soon et d’avoir eu un sentiment mélangé à l’époque, mais quand le hasard a remis le groupe sur ma route, j’ai plongé sur l’occasion.

Difficile pourtant de vraiment cerner cet album. Sorti en 2012 et qui fait maintenant parler de lui. Lyrique sans être héroïque, ample sans être ampoulée, la musique d’Aidan est bien plus facile à écouter qu’à commenter.

Un Irlandais basé en Belgique ? Ne fuyez pas, je ne parle pas de Perry Rose. De notre riant pays il a noté quelques incrustations sonores et quelques détails qui rappellent la SNCB. « C’est déjà un goût de voyage » disait un vieux slogan de cette compagnie. « Le train, c’est déjà ça » renchérit l’amusant tag de la gare de Namur.

La mélodie du premier morceau et le ton détaché fait penser à Jeff Buckley, même si la voix est radicalement différente. Mais on peut dire que c’est la même élégance qui est visée. C’est ample, parfois échevelé dans le délire maitrise (For The Love Of The Lord), ou sent bon le patchouli quand les chœurs et la flûte s’en mêlent (Nunca Mais). Ces balades en altitude (Someone Else’s problem) marchent pas mal non plus, maintenant le rythme et le niveau. Mais il n’a pas besoin de tout ça à tous les coups, That Night prouve qu’avec une seule guitare il s’en sort très bien.

Ne vous laissez pas tromper par le titre d’album en français, ce sera la seule incursion dans notre langue à part Rue De Charlotte, où il se lance dans une envolée qu’on n’a pas l’habitude de croiser chez nous. On songe parfois à ce compatriote qu’est Conor O’Brien de Villagers (dont ils ont assuré des premières parties, c’est bien fait tout de même), surtout quand une pulsation soutient Bells of The Morning. On quitte donc les ambiances ensoleillées pour quelque chose de plus compact. La voix expressive apportant un intéressant contrepoint à ce morceau plus électrique.

Comme souvent pour les premiers albums, ça tire dans plusieurs directions, mais on sent tout de même qu’il y a si pas un fil conducteur, à tout le moins une personnalité qui se dégage, une façon bien à lui de balayer le spectre qui va de l’intime à l’ample. Ce premier opus en appelle donc un autre, plein d’autres.

http://www.floatinghome.org/releases/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)