Accueil > Musique > 2013 > Shearwater - Fellow Travellers

Shearwater - Fellow Travellers

mardi 17 décembre 2013, par Marc

Les copains d’abord


On se calme, tout le monde, ceci n’est pas un ‘vrai’ album de Shearwater mais la longtemps attendue collection de reprises puisées dans la discographie des groupes avec qui ils ont tourné. Exercice toujours compliqué mais presque toujours amusant, l’album de reprise est souvent une occasion de faire valoir son talent d’interprétation ce qui ne manque certainement pas à la bande de Jonathan Meiburg.

Comme les compilations et les live, les albums de reprises sont aussi les moins fascinants à commenter mais fort heureusement, il y a de la matière ici. Première constatation, l’identité des repris est très variable, allant de groupes vraiment institutionnels comme Coldplay à des artistes plus obscurs. Des premiers nommés on retrouve Hurts Like Heaven dont on se doute que la fin plus bruitiste ne figure pas sur le morceau d’origine. David Thomas Broughton émarge définitivement à la seconde catégorie et Ambiguity est d’une sobriété qui tranche avec le souvenir de son irritante prestation en première partie des Texans.

Il y a quelques moments plus forts, comme I Love The Valley, Oh des inquiétants Xiu Xiu. Sans que je sache trop pourquoi, j’ai toujours trouvé ce groupe fascinant mais un peu anxiogène. La tension est forcément moindre ici. Profitons-en pour rappeler le troublant projet commun de Jonathan Meiburg et Jamie Stewart, Blue Water Black Death. Des liens existent donc entre les deux formations. Au rayon des communications d’ailleurs, il est probable que je ne vous parle pas de Nina, le projet de Xiu Xiu reprenant Nina Simone, l’exercice se révélant un peu aride pour votre serviteur.

On comprend bien que la mignonne Annie Clarke signifie son refus d’être une cheerleader, on le conçoit tout de suite un peu moins de Jonathan. Cette reprise de St Vincent est cependant à la hauteur, bien plus charpentée que la version originale. Il n’y a pourtant pas plus opposé au lyrisme de Shearwater que le post-punk tendu et fiévreux des Anglais de Clinic. Sans cette tension, Tomorrow (c’est sur Do It !) est moins ramassé et moins percutant, mais le talent d’interprétation est là et ne dénature pas le propos.

La voix féminine sur Wake of The Minotaur est celle de Sharon Van Etten. Ce morceau a d’ailleurs été sorti pour la journée des disquaires et ne constitue pas une surprise, au contraire de l’exhumation de Natural One (de Folk Implosion, avec Lou Barlow dedans) dont le gimmick de refrain reste percutant.

D’autres morceaux semblent s’inscrire plus naturellement dans la discographie de Shearwater. Fucked Up Life vient d’un groupe plutôt inconnu au bataillon, The Baptists Generals et semble tout droit sortie d’Animal Joy, même si les paroles ici très frontales ne sont pas typiques de l’écriture volontiers cryptique de Meiburg.

On ne va pas se mentir, cet album de reprises n’est là que pour calmer l’attente d’un album plus personnel mais il est facile de se prendre au jeu de cet album varié mais cohérent qui renforce encore l’envie de revoir Shearwater.

http://shearwatermusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Shearwater - Fellow Travellers 15 janvier 2014 14:23, par manu

    Vivement leur retour à la Rotonde le 29 avril :)
    Et a propos de The Baptist General, as-tu écouté leur album "Jackleg devotional to the heart" ? Un des albums de l’année pour moi !

    repondre message

    • Shearwater - Fellow Travellers 15 janvier 2014 15:00, par Marc

      On a nos tickets évidemment...

      Je savais que je devais me mettre à la recherche des Baptists Generals, le morceau m’avait tapé dans l’oreille !

      repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)