Accueil > Musique > 2014 > Wooden Wolf - Nocturnes and Other Songs Op.2

Wooden Wolf - Nocturnes and Other Songs Op.2

mercredi 15 janvier 2014, par Marc

Le dernier et le premier


D’accord, c’est en 2012 que le premier album de Wooden Wolf est sorti, mais il a fallu un peu de temps pour le débusquer. Un an et un concert intime mémorable plus tard, revoilà le Français. Donc plutôt que l’incorporer de justesse dans le classement de 2013, voyez-y le premier jalon de 2014.

Rien n’a vraiment changé depuis le premier album et c’est très bien comme ça, il était de toute façon impeccable et on peut s’y référer sans crainte. Palace of Sins reprend les choses où on les avait laissées il y a un an. Une voix et une guitare, ça suffit quand on a le talent pour créer et interpréter les morceaux qui s’en contentent.

Les structures des morceaux restent classiques, parce que quand il les exécute seul elles doivent garder leur attrait. C’est comme ça qu’il les présente parfois sur scène, mais souvent, l’intérêt de l’album est dans cette mise en forme subtile qui les transcende. Le petit violon de Palace of Sin par exemple. Ou Black Velvet avec son piano et son violoncelle magnifique. C’est très lancinant, long, et quand on est pris dans ces filets, impossible d’en sortir.

Plus brouillardeux, plus atmosphérique, ce second opus laisse plus de place au son distordu (Something in the Ground), aux structures sonores. La fin de She Is like A Song utilise un violon pour tempérer cette bataille sonore. C’est plus sombre aussi, Wouldn’t They Be Flying ? se faisant un contrepoint de Can’t Find The Light. Mais il reste des balades relevées de piano, offrant une bienvenue touche de couleur.

Sophia n’est jamais allé aussi loin dans la sécheresse que lui sur Molina’s Blues. Il faut dire aussi que sa référence, ce n’est pas Robyn Propper-Shepard mais plutôt Bonnie Prince Billy et tous ses avatars. Et sur des albums de Palace, on retrouve cette nudité tellement précieuse, cette confrontation en direct avec l’univers intérieur de l’artiste. Et puis ce ton éraillé coupe toute grivoiserie et ajoute un décalage presque humoristique à Only Someone Burning.

Cet album encore plus que le premier réclame de l’auditeur un abandon et une disponibilité supérieure. Il y avait en effet quelques côtés Elliott Smith (entendez plus pop) qu’on ne retrouve plus ici. Ce qui met ses compositions encore plus à nu et souligne s’il en était besoin qu’il sait trouver la petite touche qui sublimera un morceau. Faire découvrir cet artiste précieux devient une de mes missions.

http://thewoodenwolf.bandcamp.com/album/nocturnes-other-songs-op-2

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)