Accueil > Musique > 2014 > SBR - Sunday Bell Ringers

SBR - Sunday Bell Ringers

mercredi 5 février 2014, par Marc

En puissance


Parmi les nombreuses coquetteries des groupes, celle-ci est presque inédite. Donc le premier album des Sunday Bell Ringers portait le nom du groupe (ce que par abus de langage on qualifie d’ « éponyme »). Le nom d’album est donc identique, mais c’est le nom du…groupe qui a changé, se résumant maintenant à son sigle. Mais tout ceci est anecdotique. Par contre, la musique elle-même a évolué et je propose qu’on en parle. Ça vous dit ?

Cet album est prêt, gravé, imprimé depuis un petit temps, mais il ne sort que maintenant. Fort heureusement chez les toujours excellents Zeal Records, dont les publications (Isbells, Marble Sounds, Low Vertical mais aussi Toman) se voient constellés d’étoiles dans nos colonnes. En cette période de sorties pléthoriques, il est toujours bon de pouvoir se reposer sur la certitude du label louvaniste.

Étrangement, c’est le morceau MAY qui avait été choisi pour mettre l’eau à la bouche et on remarque que ce n’est pas ce qu’on entend de plus excitant sur cet album. Mais il avait au moins le mérite de signaler les intentions du groupe, de manifester sa volonté de puissance. Pour tenter une analogie flamande, c’est un peu l’album que Soulwax n’est pas arrivé à faire.

Quand on réécoute le premier album, en fait, tout était déjà là, en germe, mais était mélangé à d’autres choses qui ont moins droit de cité ici comme le plaisir jamais démenti de beugler à l’unisson. C’était d’ailleurs ça qui nous avait plu, cette dose d’énergie qui pouvait aussi bien venir des machines que des chœurs, en faisant paradoxalement quelque chose de neuf. La palette du premier album était large et dans les réussites il y avait le très nerveux Angry Rabbits. C’est donc cette voie qu’ils ont décidé de poursuivre, et bon, pourquoi pas après tout, surtout qu’ils se sont donné les moyens de réussir.

Le curseur est donc résolument tourné vers l’électronique. Alors qu’on pouvait occasionnellement évoquer Arcade Fire pour le premier album (par moments, j’en conviens), ils ont d’emblée poussé l’électronique bien plus loin que ne le feront jamais des Montréalais. On retrouve pourtant des traces de leur première façon, de leurs premiers mélanges, comme sur les chœurs et l’intensité de Wild Cats, le meilleur morceau de l’album qui est un des seuls à proposer plusieurs facettes. Et on replonge, instantanément, complétement. April est plus calme, comme pour montrer que ce n’est pas un album sans nuances et misant tout sur l’énergie. Tout n’est pas entamé avec le doigt dans la prise puisqu’ils terminent par un Horse Song qui se rappelle à notre bon souvenir.

Le son est si puissant et dense qu’il peut se contenter d’un tempo plus lymphatique (Twin Peaks avant que la batterie ne réveille le tout) ou d’un morceau plus linéaire (Electro Joe). Mais on sent aussi tellement d’implication sur Change Color qu’on ne peut que céder. C’est peut-être moins touchant que leurs compagnons de label Low Vertical mais diablement efficace.

Pour son second album, la formation de Joeri Cnapelinckx donc pris ses responsabilités, choisi nettement sa voie, en décidant qu’il miserait sur la puissance. Mais fort heureusement, le résultat n’est pas dénué de finesse et d’humanité. Ce n’est pas un remix bourrin de morceaux qui nous est proposé, mais une collection de pêches fortes et douces à la fois. Certes, ceux qui étaient clients des Sunday Bell Ringers pour cette fraicheur auront peut-être besoin d’un peu de temps d’adaptation mais au final, ils pourront comme moi retrouver le plaisir d’écouter ce groupe qui promet encore tellement.

http://www.sundaybellringers.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)