Accueil > Musique > 2014 > My Little Cheap Dictaphone - The Smoke Behind The Sound

My Little Cheap Dictaphone - The Smoke Behind The Sound

lundi 10 février 2014, par Marc

To the point


La dernière fois qu’on avait entendu parler de My Little Cheap Dictaphone, c’était pour l’album The Tragic Tales Of A Genius, versant musical d’un projet plus ambitieux, avec de vrais morceaux de violons et de scénographie dedans.

Ne plus se lancer dans un projet ultra ambitieux ne veut pas dire album minimaliste pour les Liégeois. Comme on aimait des trucs distingués comme Get Well Soon on était ravis. Qu’est-ce qui remplace les cordes ? Tout simplement des synthés. Sans que le choc ne soit rude, on ne retrouve plus cette veine-là sur cet album-ci. Le premier single était Bitter Taste of Life et, bien franchement, n’avait pas plus excité que ça. Ce n’est pas non plus un morceau typique, donc c’est presqu’une fausse alerte. Dans le contexte de l’album, il en représente le versant plus synthétique qu’exploite aussi l’agréable mais moins marquant Rabbit Holes.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas nécessairement ce qu’on préfère (même si ça reste très agréable dans le contexte de l’album), surtout que ce son convient très bien au langoureux Summer In The Dark. Ce morceau s’élève, mais ils ne tirent pas sur la ficelle et ce chorus se révèle presque trop court. Même remarque pour le plus intime Feather Smile dont ils interrompent un final qui promettait de la consistance. Un goût de trop peu donc, mais qui manifeste une volonté de concision, d’efficacité. C’est d’ailleurs tout à fait ce qu’on retrouve sur les plus enlevés You Are Not Me ou Out Of The Storm. On pense à quelques morceaux de Ghinzu pour rester dans les gloires nationales.

En concert, quand ils annoncent Fire en fin de rappel, ils précisent qu’ils ne pourront plus rien faire après. On comprend quand on entend Redboy s’époumoner mais il est plus surprenant de retrouver ce morceau en introduction ici. L’implication est forcément moindre, mais ça reste un morceau diablement efficace. MCLD est donc un groupe qui peut apporter une vraie valeur ajoutée à ses prestations live. Le clip est ci-dessous si vous voulez vous faire une meilleure idée. Il abattent donc leur carte majeure d’emblée.

Mais cet album n’en est pas autant une lente descente, parce qu’ils ont trouvé un son qui leur convient, et démontrent qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup de moyens pour se révéler ample. Leur ambition se condense donc en un album plus direct et efficace, mature et qui va sans doute bien se garder.

http://mylittlecheap.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)