Accueil > Critiques > 2014

Florent Marchet - Bambi Galaxy

mercredi 12 février 2014, par Marc

Florent dans l’espace


Il y a cette injustice fondamentale qui veut que souvent les artistes acquièrent de la notoriété avec les œuvres qui nous plaisent le moins. Les exemples sont nombreux mais celui-ci est assez flagrant. Complétement ignoré au temps du formidable Rio Baril, Florent Marchet s’est rappelé au bon souvenir de tous avec un Courchevel certes fort bien mais qui n’avait pas la puissance ironique de Frère Animal ou le potentiel de malaise de ses chants de Noël.

Dix ans après Gargilesse, Florent Marchet nous a déjà fait voyager. Après les petits villages, l’entreprise et les stations de ski huppées, il met le cap sur… l’espace. Enfin, ne vous attendez pas non plus à une virée épique, à l’empire qui contre-attaque. Non, de façon plus logique, on est plutôt dans une dystopie, dans un devenir du monde qui nous force à bouger d’ici. Oui, il y a du Houellebecq là-dessous, même si ce n’est vraiment pas le même humour bougon. Et puis les appels à Rael sur Space Opera sont plus distanciés, sans doute vraiment ironiques. Ceci dit, les deux hommes ont été en contact, le chanteur cherchant la caution de l’écrivain. Entre nous, s’il se préparait un successeur à Présence Humaine impliquant Marchet, je signe à deux mains.

Mais revenons au présent. Ou plutôt pas, puisque si l’action se situe dans le futur, il y a clairement des allusions à une tradition française des années ’70, tendance très courue chez ses compatriotes musiciens comme Biolay, Delerm ou Arnaud Fleurant-Didier. Pourtant, ce Bambi Galaxy a beau se lancer occasionnellement dans des cordes ‘à la Vannier’ (le Souchonnien Où Etais-Tu ?), c’est loin d’être un album kitsch ni même retro-futuriste. Florent Marchet a beaucoup réfléchi à sa musique, ne se bornant pas à singer les recettes du passé pour donner des atours ‘mode’ à ses morceaux. On sent que depuis l’album précédent, il a acquis une solidité qui lui permet de tout faire passer. On retrouve ici aussi cette pop relevée sur Héliopolis et quelques moments d’ampleur véritable comme La Dernière Seconde ou Bambi Galaxy.

Cet album prend du temps à percoler parce que le thème n’est pas vraiment le voyage spatial en lui-même mais les raisons qui pourraient y amener. Ses angoisses habituelles sont toujours là (Reste Avec Moi comme mise en place dantesque). Le grand phantasme de l’espace, au fond, c’est de s’y perdre, de façon vertigineuse, comme dans Space Oddity ou Gravity, et c’est cette angoisse qui nourrit l’album, qui rend le parler d’Appolo 21 touchant même s’il l’identification est globalement moins facile pour cette histoire d’un futur, fut-il proche.

Florent Marchet a-t-il eu raison de se tourner vers l’espace ? Oui, mais c’est la mise en place qui est intéressante. On sait qu’il a plusieurs cordes à son arc, et qu’il suit ses envies, qu’il poursuit sans relâche de nouvelles formes de chanson française. Certes, le sujet n’est peut-être pas aussi émouvant que ceux qu’il a traité dans ses albums précédents mais sa discographie nous rappelle qu’il est un des grands talents de l’hexagone.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)