Accueil > Musique > 2014 > Marissa Nadler - July

Marissa Nadler - July

samedi 15 février 2014, par Marc


Oui, rien ne ressemble plus à un album de Marissa Nadler qu’un autre album de Marissa Nadler. Mais maintenant qu’on la suit depuis plusieurs années, l’évolution est tout de même palpable, il y a de plus en plus d’instruments quand on tend l’oreille.

Par rapport à la référence souvent dégainée en début de carrière, à savoir Mazzy Star, on peut reconnaitre à Marissa une personnalité qui se différencie de plus en plus de celle d’Hope Sandoval et puis elle inspire plus de sympathie aussi. Sur l’album précédent, il y avait une vraie volonté d’ampleur, ce qui nous a valu quelques très grands moments comme Baby I’ll Leave You In The Morning. Mais qu’on se rassure, elle n’a pas viré mainstream (ce qui serait son droit le plus strict après tout), et on la retrouve intacte dès le très aérien Drive.

Les apports instrumentaux sont donc toujours discrets mais judicieux. Les violons de 1923 dont le lancinant Baby come back to me est une des phrases qui restent en tête après la fin de l’album. Was It A Dream sent aussi bon la volonté de faire de la musique ensemble et cette finesse d’arrangement offre un joli contrepoint à Desire. Mais certains morceaux restent toujours très minimalistes comme Firecrackers dont sourd une mélancolie tenace.

Autre caractéristique, la voix angélique et la douceur ne laissent pas toujours deviner la noirceur ou la franchise des paroles. On surprend donc un I called you when I was drunk all the time au detour d’Holiday In.

C’est maintenant certain, on ne peut plus appréhender Marissa Nadler comme les autres artistes. Ca fait trop d’années qu’on entend tellement toujours la même chose de sa part qu’on prend cet album plus comme une dose nécessaire d’une addiction que comme une raison de s’enflammer ou de se laisser surprendre. Comme une toile de Warhol ou de Magritte, on reconnait une chanson de Marissa Nadler dans la seconde. Et comme il est aussi convenu que les grands réalisateurs refont toujours le même film, les albums de l’américaine ne présentent que d’infimes variations, que de toutes petites touches d’évolutions qui ne sont discernables qu’avec une analyse poussée. July est donc un bon album de Marissa qui n’en a de toute façon jamais livré de médiocres.

http://marissanadler.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marissa Nadler - July 17 février 2014 10:06, par le cousin de la reine de trêfle

    Je n’ai pas encore écouté cet album ; mais s’il est dans la veine de ses prédécesseurs, et je n’en doute pas, pourquoi seulement 3 étoiles ? peut-être cette dérangeante impression de continu, voire de redite, auxquelles n’échappent-pas d’autres grandes dames (Shannon Wright, Lisa Germano )... et à qui bien sûr je pardonne tout !

    repondre message

    • Marissa Nadler - July 17 février 2014 13:19, par Marc

      Bah, encore une fois, la cote "étoilée" est simplement indicative, et c’est le texte qui est plus important. Ceci dit, c’est un album typique de Marissa Nadler, avec la qualité qu’on peut en espérer, mais j’avais été plus secoué par plus de morceaux sur l’album précédent. C’est une artiste "quatre étoiles" depuis de nombreuses années, et ça, ça ne change pas.

      Je suis curieux d’avoir ton avis sur cet album d’ailleurs.

      repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)