Accueil > Musique > 2014 > Nina Persson - Animal Heart

Nina Persson - Animal Heart

jeudi 20 février 2014, par Marc


C’est une confession que je vous ai faite il y a quelques temps déjà, The Cardigans faisait partie de mes petits plaisirs coupables. Coupables parce que, bon, cette musique un peu sucrée n’est pas dans les habitudes de ce site. Un peu seulement parce qu’au fond, Gran Turismo est un des grands albums pop des nineties, non ? Dans les sources d’intérêt de ce groupe, il y avait la voix emblématique de Nina Persson bien évidemment, mais aussi cette ironie subtile, qu’on a retrouvé à des degrés divers chez des compatriotes comme Sarah Assbring (El Perro Del Mar), Joséphine Olausson (Love Is All) ou Frida Hyvonen.

The Cardigans a beau ne pas avoir donné signe de vie depuis 2006, il y avait eu dans l’intervalle l’album d’A Camp. On retrouve presque le même casting, le mari de Nina, Nathan Larson étant des deux projets. Bien évidemment, il faut abandonner toute idée d’originalité. Cet album aurait pu paraitre à l’identique il y a dix ans. Sans la fantaisie d’A Camp ou la nervosité occasionnelle des Cardigans, il faut toute la sympathie naturelle pour la jolie Nina pour aborder cet album.

L’intérêt des morceaux est logiquement directement proportionnel à celui des mélodies. Dreaming Of Houses trouve ainsi le juste milieu entre euphorie et mélancolie, qui comme chacun le sait ne se traduit pas par l’indifférence. On épinglera aussi Burning Bridges For Fuel ou le plus doux Forgot To Tell You. Le reste est sans doute un peu convenu, et quand ils veulent relancer la machine, c’est à coups de synthés un peu dates (Catch Me Cryin’) ou en faisant de Food For The Beast un morceau pop un peu plus enlevé.

La voix claire au repos prend du grain au fur et à mesure qu’elle monte, ce qu’on savait déjà mais se révèle plaisant en atténuant quelques vocalises peut-être superflues (Clip Your Wings).

Evidemment, le fond et la forme sont bien plus légers que ce qui fait le quotidien de ce site. Mais c’est comme ça, j’aime bien prendre ce genre de pause de temps en temps, pour me reposer de ces alcools forts qui usent autant qu’ils enchantent. Non, je ne vous prétendrai pas que ceci est un jalon essentiel dans l’histoire de la pop occidentale, mais si vous cherchez une respiration dans l’exigence sans pour autant tomber dans le plaisir coupable (mais vous faites ce que vous voulez après tout), Nina Persson peut vous offrir ce moment charmant dont j’ai profité. Ca, c’est mot pour mot (à deux près) le dernier paragraphe de la critique d’il y a 5 ans. Il faut la modérer en disant que tout n’est pas indispensable. Mais on est fidèles, on est comme ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)