Accueil > Musique > Concerts > Iliketrains, Botanique, 16/02/2014

Iliketrains, Botanique, 16/02/2014

mardi 18 février 2014, par Marc

Ilovetrains


Non, il n’est même pas nécessaire d’avoir un nouvel album à défendre pour partir en tournée. Parfois, célébrer un anniversaire suffit pour retrouver le plaisir de la scène et du public. Et du public il y en avait à la Rotonde, salle qui leur va si bien qu’ils l’arpentent pour la quatrième fois. Pour la petite histoire, c’est lors de leur premier passage en 2006 que j’avais inauguré cette rubrique.

Cette fois-ci, contrairement aux deux précédentes prestations, ce n’est pas Cecilia::Eyes qui assure la première partie. Mais s’ils ne sont pas sur scène, les musiciens sont dans la salle et avec un album enregistré et imminent, on en reparlera. Sur scène, c’est la formation anglaise Her Name Is Calla qui ouvre les hostilités et on peut dire d’emblée que c’est une bien bonne idée. Le violon et le violoncelle apportent un vrai plus et le chant est plus présent que dans bien des formations post-rock. Car c’en est assurément, jusqu’au bout de la recherche de l’effet maximum quand quatre notes sont appuyées à l’unisson. Une bonne surprise dont on vous reparlera donc.

Même si ça ne fait pas dix ans qu’on suit la formation de Leeds, il y a quand même longtemps qu’on aime ce quintette. On avait plongé dans l’instant pour ces sons travaillés post-rock, ce chant ténébreux et ces intensités inouïes. Le temps passe, leur musique évolue, mais on retrouve toujours ces slogans, ces phrases déclamées comme si elles étaient une question de vie ou de mort (souvent de mort d’ailleurs).

On n’aura pas le temps de se poser trop de questions, dès l’arpège d’introduction de Terra Nova la pilosité prend une position verticale pour ne plus la quitter. Ce morceau reste époustouflant et il est important de dire que le son est simplement parfait, précis et compact et qu’ils arrivent toujours à pousser l’intensité plus loin. Trois guitares, c’est un vrai arsenal, mais qu’il faut maitriser.

More the shame
You will remember my name.

De plus, même au sein des intensités les plus folles, il y a toujours une ligne mélodique Claire, ou la voix qui soutient. Ce n’est jamais du drone, mais des chorus épiques pour amateurs de son.

Le second morceau est moins marquant mais éclairant. No Military Parades nous donne un indice : ils vont nous faire Progress/Reform en entier et dans l’ordre ! On peut donc anticiper, sachant qu’aucun des sept titres de leur premier mini-album n’a été oublié. Donc on sait qu’on va tout de suite avoir droit au terrifiant Rook’s House For Bobby.

They’ve push me too far, too far

Ils le savent, on le sait, le troisième morceau de bravoure est Stainless Steel, meutre domestique qui lui aussi propose quelques montées bien senties.

I will sleep in our beds tonight
You can have the kitchen floor

Ils appellent alors My Name Is Calla sur scène, pour reprendre avec eux le plus calme et plein de chœurs The Beeching Report. Donc on le sait, ils vont passer à Elegies To The Lessons Learnt, sans doute l’album le plus consistant de leur discographie. Pas en entier, le temps ne le permet pas, mais on retrouve avec un plaisir certain 25 Sins ou The Voice Of Reason ou The Deception qui attaque d’emblée.

Call off your witch hunt
This time the French are not to blame

Et puis et puis (il y a l’ainé… heu non, je m’égare) il y a Spencer Perceval, cette longue et terrifiante pièce bien saignante, qui repart, se reprend pour s’envoler définitivement. Un des meilleurs morceaux, tous genres et époques confondues. C’est dit.

You could have saved yourself
I gave you more than one chance
"I Am Murdered, I Am Murdered" you cried

C’est tout pour la partie régulière du concert. Après avoir déjà utilisé tous ses atouts, ils reviennent pour un rappel qui ne reprendra que des morceaux du dernier album (rien du précédent donc), ce qui est étrange et permet de voir toute leur évolution. Moins de paroxysmes, mais une intensité qui peut se faire d’un accord plaqué.

Evidemment, tout fan aura quelques titres chéris absents ici. Pour moi, ce seront South Shore, Sea Of Regrets ou The Turning Of the Bones mais bon, ils ne peuvent pas caser toute leur discographie non plus.

Hate to say I told you so

We will dance ourselves to sleep

Ils n’ont plus leur dégaines de contrôleurs de train de temps anciens, ils sont tous en t-shirt noir, mais la façon dont ils exécutent leurs morceaux reste soufflante. Peu de groupes peuvent en effet se hisser aussi régulièrement aussi haut aussi souvent lors d’un concert. On re-signe pour dix autres années sans hésitation.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Iliketrains, Botanique, 16/02/2014 19 février 2014 18:06, par le cousin de la reine de trêfle

    Très belles, les photos !
    ILIKETRAINS, un groupe qui me fascine , épique mais sans pompe...
    Parmi d’autres princes de la flamboyance,il faut découvrir, par exemple sur Bandcamp : LAST HARBOUR, TOMORROW WE SAIL (quels noms, si bien appropriés !)
    C’est toute l’Angleterre tourmantée & romantique que l’on aime ...

    repondre message

    • Iliketrains, Botanique, 16/02/2014 19 février 2014 22:26, par STIKO

      Merci pour les tuyaux !

      repondre message

    • Iliketrains, Botanique, 16/02/2014 20 février 2014 08:15, par Marc

      Merci merci, je vais allez écouter ça, un bon petit tuyau ne se refuse pas !

      repondre message

    • Iliketrains, Botanique, 16/02/2014 20 février 2014 13:24, par Marc

      Je suis allé jeter une oreille sur ces deux groupes. C’est vrai que le Tomorrow We Sail est bien dans la lignée d’iliketrains, ou plutôt du premier My Latest Novel (qui était vraiment bien). Le son est un peu moins travaillé, sans doute que le budget n’est pas gigantesque non plus.

      Last Harbour, ça, c’est carrément énorme pour ce que j’en ai entendu, waw, belle découverte ! Replacements, quelle claque...

      Tant qu’on est dans le rock un peu sombre, je me suis souvenu des Devastations

      repondre message

  • Iliketrains, Botanique, 16/02/2014 19 février 2014 22:26, par STIKO

    Plaisir partagé !
    Et tout à fait d’accord sur ton constat concernant Spencer Perceval !

    Mon récent calendrier musical fait que j’ai failli voir lors de mes 4 derniers concerts , mes 4 titres préférés en Live.
    Spencer Perceval - untitled 8 (sigur ros) - Song for the dead ( qotsa) et failli car Mogwai n’a malheureusement pour moi ( plaisir egoïste) pas joué Like herod lors de son dernier concert (parfait comme d’hab) à l’AB (le samedi en tout cas).

    Le hasard fait parfois bien les choses...et tant qu’à aller applaudir les groupes qui me sont familiés et déjà vu en salle, prochaine date : the Veils ( peu de risque d’être déçu ,n’est ce pas...)

    Ah si , quand même, grâce à toi Marc, je vais découvrir VENTURA chez moi à Liege.Me réjouis...

    Au plaisir de te lire.

    repondre message

    • Iliketrains, Botanique, 16/02/2014 20 février 2014 08:19, par Marc

      Au début, c’était plutôt a Rook’s house For Bobby qui m’avait tapé dans l’oreille...

      Comme mes prochains concerts sont Silver Mt Zion, Midlake et... the Veils, je pense qu’il y a quelques chances que quelques morceaux favoris soient jouées. Même si je ne suis pas sûr qu’il y aura Blind Blind Blind, Sometimes ou The Leaver’s Dance.

      Oh, Ventura, ça peut être impressionnant en concert ! Tu nous raconteras, hein ?

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)