Accueil > Musique > 2014 > Im Takt - Another Reality

Im Takt - Another Reality

lundi 31 mars 2014, par Marc

Chaleur de Brest


C’est toujours chouette de voir un groupe grandir. Les EP dont un second décliné en trois volets donnaient envie d’en savoir plus. Et montraient déjà une évolution puisque le premier était complétement instrumental. On sait donc d’où ils viennent, et ce qui les a amenés là.

Dans la musique qui gigote, on guette le morceau qui se distingue, qu’on va pouvoir faire tourner alentour. Et on le trouve tout de suite. Facile, il est placé en première position. A Part Of Shadow est donc de ces morceaux immédiatement sympathiques, entraînants au premier coup d’oreille. Après trois minutes (sur la version album, la version single proposée en-dessous est plus compacte), on pense avoir tout compris. Et puis il y a ce chorus, cette densification irrésistible, cette superposition dont on ne soupçonne pas la fin. Cette force instrumentale et leur permet de garder une personnalité forte. Le chant n’est pas déplacé, loin de là, mais sans doute un peu proche de ce que proposent des ténors de la catégorie comme Foals ou Breton (ce groupe-ci vient d’ailleurs de Brest). Si ce que fait ces deux formations anglaises vous plait, vous êtes logiquement susceptibles d’aimer ceci. Pour ne rien vous cacher, c’est sans doute le morceau que j’ai le plus écouté cette année.

Ce qu’on a dit du premier morceau peut facilement s’étendre à l’album, même si après les deux premiers morceaux, tout a déjà été révélé. When You Smile est aussi fort bien. De la grosse basse comme on l’aimait déjà chez le premier The Rapture (qui vient d’ailleurs de mettre la clé sous le paillasson) avec une batterie qui décale un peu. On n’a pas la même fièvre ici, on sent le groupe plus placide, plus apaisé. Cet album part donc très bien. Trop fort ? Non, pas vraiment, il y a encore de la matière dans la suite.

Sans doute que le chant est indispensable si on ne veut pas se voir enfermer dans un ghetto. Mais fort heureusement, ils n’ont pas perdu leur entrain et leurs bonnes habitudes en chemin Le chant ne déforce pas le tout, mais c’est quand même sur la musique qu’ils arrivent à faire prendre la sauce (House On Fire, Mirage..). Tomorrow est plus décalé, plus psychédélique et ils réussissent ça aussi. Notons aussi pour terminer qu’un tempo plus maintenu aide ces morceaux.

Incroyable à quel point Foals a inspiré des formations. Mais comme on les suit, on sait que le quintette d’Oxford n’est pas la seule source d’inspiration (on pensait plutôt aux énervés Holy Fuck au début), qu’il y a eu un vrai cheminement avant d’en arriver là. Dans la même période sort le second album de Breton et on ne saurait trop conseiller aux amateurs de ces derniers de jeter une oreille attentive à ceci. De plus, je suis vraiment curieux de voir ça en live un jour, parce que cette musique ne s’apprécie sans doute pas à sa vraie valeur en sourdine.

http://imtakt.fr/


Im Takt - A Part Of Shadow Official Video par uptonpark

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)