Accueil > Critiques > 2014

Im Takt - Another Reality

lundi 31 mars 2014, par marc

Chaleur de Brest


C’est toujours chouette de voir un groupe grandir. Les EP dont un second décliné en trois volets donnaient envie d’en savoir plus. Et montraient déjà une évolution puisque le premier était complétement instrumental. On sait donc d’où ils viennent, et ce qui les a amenés là.

Dans la musique qui gigote, on guette le morceau qui se distingue, qu’on va pouvoir faire tourner alentour. Et on le trouve tout de suite. Facile, il est placé en première position. A Part Of Shadow est donc de ces morceaux immédiatement sympathiques, entraînants au premier coup d’oreille. Après trois minutes (sur la version album, la version single proposée en-dessous est plus compacte), on pense avoir tout compris. Et puis il y a ce chorus, cette densification irrésistible, cette superposition dont on ne soupçonne pas la fin. Cette force instrumentale et leur permet de garder une personnalité forte. Le chant n’est pas déplacé, loin de là, mais sans doute un peu proche de ce que proposent des ténors de la catégorie comme Foals ou Breton (ce groupe-ci vient d’ailleurs de Brest). Si ce que fait ces deux formations anglaises vous plait, vous êtes logiquement susceptibles d’aimer ceci. Pour ne rien vous cacher, c’est sans doute le morceau que j’ai le plus écouté cette année.

Ce qu’on a dit du premier morceau peut facilement s’étendre à l’album, même si après les deux premiers morceaux, tout a déjà été révélé. When You Smile est aussi fort bien. De la grosse basse comme on l’aimait déjà chez le premier The Rapture (qui vient d’ailleurs de mettre la clé sous le paillasson) avec une batterie qui décale un peu. On n’a pas la même fièvre ici, on sent le groupe plus placide, plus apaisé. Cet album part donc très bien. Trop fort ? Non, pas vraiment, il y a encore de la matière dans la suite.

Sans doute que le chant est indispensable si on ne veut pas se voir enfermer dans un ghetto. Mais fort heureusement, ils n’ont pas perdu leur entrain et leurs bonnes habitudes en chemin Le chant ne déforce pas le tout, mais c’est quand même sur la musique qu’ils arrivent à faire prendre la sauce (House On Fire, Mirage..). Tomorrow est plus décalé, plus psychédélique et ils réussissent ça aussi. Notons aussi pour terminer qu’un tempo plus maintenu aide ces morceaux.

Incroyable à quel point Foals a inspiré des formations. Mais comme on les suit, on sait que le quintette d’Oxford n’est pas la seule source d’inspiration (on pensait plutôt aux énervés Holy Fuck au début), qu’il y a eu un vrai cheminement avant d’en arriver là. Dans la même période sort le second album de Breton et on ne saurait trop conseiller aux amateurs de ces derniers de jeter une oreille attentive à ceci. De plus, je suis vraiment curieux de voir ça en live un jour, parce que cette musique ne s’apprécie sans doute pas à sa vraie valeur en sourdine.

http://imtakt.fr/


Im Takt - A Part Of Shadow Official Video par uptonpark

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)