Accueil > Musique > 2014 > Daphné - La Fauve

Daphné - La Fauve

mercredi 2 avril 2014, par Marc


Il y a tellement peu de chanteuses françaises qu’on suit qu’on se demande comment on a pu faire l’impasse aussi longtemps sur Daphné. Son premier album comportait pourtant quelques titres marquants (L’Insoumise, Anna) mais il avait fallu son album de reprises de Barbara pour rétablir le contact. Qui au vu de cet album-ci ne se perdra sans doute pas de sitôt.

Avec un peu de recul, la voix est proche de celle de Barbara. En moins maniéré, mais tout à fait capable de tenir le premier rôle (Ne Pardonne Pas Trop Vite). Mais cette veine plus épurée n’est pas ce qu’on entend le plus ci, dès le premier langoureux Rocambolesque Marroco. On retrouve tout de suite cette vraie personnalité, sa musique fière et dense. Laquelle peut dégager pas mal de sensualité sur Flores Negras ou s’enrober d’une myriade de violons sur Lady Tangerine. Sur ce morceau, quelques notes, quelques mots ressurgissent et à chaque fois, l’émotion rejaillit. Et 100 Voiliers en l’air monte et monte. Et oui, il m’a fallu un petit temps pour décrypter le calembour du titre...

Benjamin Biolay est bien là sur Ballade Criminelle, qui est une émanation française de la murder ballad tellement populaire dans la musique sombre anglo-saxonne. C’est bon, ce morceau a un ton qui n’est pas celui de l’album, mais est surtout l’occasion de rappeler que Biolay est derrière elle depuis le premier album et espérons que ce genre de duo puisse donner à cet album l’éclairage qu’il mérite. Où Est La Fantaisie ? pourraît être du Moriarty en français. La gouaille est là en tous cas, l’orchestration qui lorgne plus du côté de la Louisiane que du Poitou-Charentes. Le propos est en tout cas amusant, stigmatisant un garçon trop sérieux.

Et puis il y a Abigail, morceau frissonnant dès la première écoute, qui nous laisse entrevoir que ce piano va nous rester en tête longtemps. C’est vers ça que tendent les groupes qui essaient de mêler un peu de synthétique et de l’émotion. Mais il manquera à tous les Aaron et Archive de la terre cette émotion pure, ce chant maîtrisé, ce frissonnement qu’on ne peut créer de toute pièces.

Album complexe mais immédiatement accessible, La Fauve dégage un charme certain qui montre à quel point Daphné maitrise son sujet. Avoir une belle voix (la sienne l’est assurément) ne suffit pas. On le sait et elle aussi. Il faut aussi des mélodies (il y en a beaucoup ici, jetez une oreille sur Vendanges Tardives) et des orchestrations fouillées. Il y a tout ça ici, rappelant qu’on ne doit plus la perdre de vue à l’avenir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)