Accueil > Musique > 2014 > Jawhar - Qibla Wa Qobla

Jawhar - Qibla Wa Qobla

vendredi 18 avril 2014, par Marc

Perle des sables


Il est des étiquettes tellement intrigantes et percutantes qu’il semble compliqué de les éluder. Et rien à faire, quand on me sort l’analogie de « Nick Drake des sables », je suis forcément curieux. Le plus surprenant, c’est que ce rapprochement est tout de suite confirmé par ce qu’on écoute. Nick Drake donc, dont Jawhar a un peu la voix et la mélodie traînante et langoureuse (Allemni). Mais pas l’arpège caractéristique. Pourtant, ce morceau est inspiré d’un genre tunisien populaire et un peu mal famé, le mezoued, a priori éloigné de l’univers de l’anglais disparu il y a déjà 40 ans. L’allusion au sable venant, lui du surprenant emploi de la langue arabe, majoritaire sur cet album.

La musique arabe, c’est un peu comme le cinéma indien, un monde tellement loin de mes références qu’il est illusoire de le soumettre à l’exercice critique et a priori peu attirant au premier degré pour s’y abandonner. Il a reçu un octave de la musique (genre de Victoires de la musique à la Belge) dans la catégorie ‘musique du monde’. Ce qui est en partie étrange parce qu’aufinal, et à part dans l’emploi de la langue, on sent moins d’influence orientale que sur l’album My Wilderness de Piers Faccini. Lequel pourrait être pris pour une référence valide. La comparaison est facile mais il cède aussi à la tentation de la chanson en français. Et il a bien raison. Evidemment, c’est moins singulier, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il a une personnalité qui lui permettrait de se distinguer dans notre langue aussi, lui qui est installé en Belgique. Notons aussi qu’on entend de l’anglais (Such A Breeze, If I Rise) sur cet album, et que le passage d’une langue à l’autre sans en altérer le style est très fluide. De plus, le joli gimmick triste de Sulphur & Stone apporte un vrai charme musical.

Parce que oui, au-delà du pitch et du dépaysement relatif, cet album brille surtout par ses morceaux. Amaman pourra vous rester longtemps en tête, comme pouvaient être obsédantes des mélodies anglo-saxonnes quand on n’en comprenait pas encore les mots. Et puis, de façon très pertinente et pédagogique, les textes sont expliqués sur bandcamp, ce qui tend encore à rapprocher de ces histoires intemporelles.

Si c’est le recueillement et une certaine langueur qui baignent cet album, il n’en est pas pour autant lymphatique, remué qu’il peut être par le chouette orgue d’Ayech ou à l’occasion du mid-tempo Tahellic

‘Venez pour la curiosité, restez pour les chansons’ pourrait être le slogan de cet album de Jawhar. Parce qu’au-delà d’une barrière de la langue qu’on oublie vite, on est séduit et tentés de se baigner encore et encore dans le sable chaud de cet album qui vibre.

http://jawhar.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Il sera le 18 mai au Botanique de Bruxelles dans le cadre des Nuits Botanique 2014

Répondre à cet article

2 Messages

  • Jawhar - Qibla Wa Qobla 4 mai 2014 23:16

    C’est la première fois que j’écris sur un de vos articles mais cela fait longtemps que je vous lis (au passage, merci pour Loch Lomond, Other lives, Albin de la simone, Broken records, j’en passe et des meilleurs, quel bonheur...)

    J’avoue que la curiosité est piquante, cet album me plaît énormément, il a beaucoup de coeur ce jawhar, beaucoup de personnalité aussi. Album éclectique et poétique.
    C’est toujours un plaisir de vous voir mettre au moins 4 étoiles, ça se fait rare (?), cela dit ça se mérite.

    Bonne soirée

    Pierre

    repondre message

    • Jawhar - Qibla Wa Qobla 6 mai 2014 13:28, par Marc

      Bonjour et bienvenue. Ca fait plaisir comme retour, on écrit surtout pour partager ce qu’on aime ! Et je sens que Jawhar va aussi faire fonctionner le bouche-à-oreille.

      Je ne pense pas que les ’4 étoiles’ se fassent rares. D’ailleurs, il y en aura un demain, qui pourrait te plaire. Si ce n’est pas un énorrrme teasing...

      repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)