Accueil > Musique > Concerts > Shearwater, Botanique, 29/04/2014

Shearwater, Botanique, 29/04/2014

mercredi 30 avril 2014, par Marc

Ainsi soit-il


Une année sur deux
Nous allons prendre un verre
Elle revient comme les jeux
Olympiques d’hiver

A l’instar de la copine pas drôle de la chanson de Vincent Delerm, toutes les années paires depuis 2006 nous avons rendez-vous avec la bande de Jonathan Meiburg. Mieux, depuis 2008, c’est à la Rotonde que se passent les retrouvailles . Une salle parfaite pour un groupe qu’on aime tant, c’est fatalement une proposition qu’on ne refusera jamais.

On savait que Jesca Hoop faisait partie du voyage. En tant que première partie d’abord, de membre du groupe ensuite. Toute seule au contraire de l’album, elle assure avec une belle voix et un jeu de guitare électrique très sec. Un peu habitée, elle trouve ses marques bien vite et c’est toujours un plaisir de voir que les réactions du public (très très respectueux) entre les morceaux vont crescendo.

Mais ce n’est qu’une mise en bouche, on est venus pour revoir encore une fois Jonathan Meiburg dans ses oeuvres. Car si Shearwater est véritablement un groupe, il est la seule personne inamovible du lineup. De plus, comme il compose et écrit presque tout et que sa voix est emblématique, il n’est pas trop compliqué de voir qui est en charge.

Il n’y a pas vraiment d’album tout chaud tout récent, même s’ils nous ont gratifiés d’un album de reprises de belle tenue il y a quelques mois. Ces reprises ne constituent étrangement pas le gros des morceaux joués ce soir. Evidemment, il y a le puissant I Love The Valley Oh ! de Xiu Xiu, puis le très beau Ambiguity de David Thomas Broughton, hurluberlu perturbé découvert en première partie du Shearwater cuvée 2010. Dans les rappels, il y aura aussi Tomorrow de Clinic en toute fin et un Wake Of Tha MinotaurJesca Hoop reprend brillamment les parties de Sharon Van Etten.

Il présente les chansons de Rook comme de vieilles choses (il ne remontera pas plus loin dans la discographie), ne se doutant pas que ces morceaux nous accompagnent encore souvent. Oui, Rooks reste un de ces moments suspendus, de ces morceaux qu’on fait écouter à la ronde pour transmettre une passion.

Pour réussir, pour susciter l’émotion, il n’y a pas le choix, il faut que l’engagement soit total, sans limite. Et c’est pour ça qu’il réussit tellement bien un somptueux Insolence, c’est pour ça que l’insurpassable Snow Leopard (lâché en toute fin de concert) restera toujours cher. Étrangement, certains morceaux sont abordés avec un peu de réserve, sur un ton sans doute moins destructeur pour la voix. Mais avec des tournées aussi exigeantes, c’est sans doute une bonne solution pour assurer soir après soir. Parce qu’il serait malheureux de priver le public d’autres concerts de la force de You As You Were (qui montre la place prépondérante de la rythmique dans le son du groupe) ou de l’habituel semi-cafouillage d’Animal Life.

Et puis, une fois le rappel terminé, il revient tout seul. On le devine, c’est pour Hail Mary, le moment où il donne tout. Les fans sont à genoux, ceux qui sont venus par curiosité ou par amitié sont désormais des nôtres. Ainsi soit-il.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Shearwater, Botanique, 29/04/2014 30 avril 2014 19:14, par Mathusalem

    J’ai le choix des armes... Soit je me précipite dans un acquiescement total et dithyrambique qui n’apportera rien à ton texte, soit je clique "J’aime" sur Facebook, tout simplement... Des fois, le silence est éloquent, c’est le cas pour moi ce soir... C’était la cinquième fois pour moi hier, et ça se termine toujours on the knees... Et ce Hail Mary qui était beau à pleurer...

    repondre message

    • Shearwater, Botanique, 29/04/2014 30 avril 2014 23:26, par Guismo

      Pas mieux :)

      Après une Lykke Li décevante dimanche, une Marissa Nadler assez bien mais un peu trop sage samedi, il a étalé la rotonde de toute sa classe texane..... ca m’a bien remis de ma demi-frustration de la dernière fois où il avait un peu perdu sa voix.

      Par contre j’ai clairement moins aimé le premier rappel.

      Désolé pour mon autisme hier soir, c’était un peu la course pour moi, même pas fait la politesse d’un bonjour malgré que je t’ai vu au milieu de fosse.

      repondre message

      • Shearwater, Botanique, 29/04/2014 1er mai 2014 19:36, par Marc

        @Mathusalem

        C’est toujours un peu compliqué de raconter un concert. Ce Hail Mary est en effet un moment énorme !

        @Guismo

        A une très prochainement j’éspere. On s’était aussi tâté pour Lykke Li et Marissa par contre on va récidiver pour Shearwater à Gand

        repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)