Accueil > Musique > 2014 > Clap Your Hands Say Yeah - Only Run

Clap Your Hands Say Yeah - Only Run

lundi 16 juin 2014, par Marc

Coup de tête


Tout comme certains tatouages faits sur un coup de tête semblent lourds à assumer quand on prend de l’âge, un nom de groupe stupide aide à se faire connaitre mais peut bien vite ne plus être adéquat quand le ton se fait plus sombre. Clap Your Hands Say Yeah était un nom parfait pour le premier album, ovni d’une fraîcheur inouïe en 2005. Mais avec le temps qui passe, le propos se fait de plus en plus sombre. Il a fallu du temps pour que le groupe passe ‘de l’autre côté’. Voyant comme les groupes excitants de l’époque ont évolué, ceci est presque miraculeux. On ne se doutait pas en écoutant le premier album de Clap Your Hands Say Yeah qu’on en prendrait pour 10 ans.

Le premier morceau est un peu lourd, lancinant, et on se dit qu’à part leur très hors-normes premier album et ses tubes sautillants, c’est ce qu’on préfère chez eux. Ils suivent en fait plus la voie d’autres majors de la promo 2005, Wolf Parade. Dan Boeckner avec les Handsome Furs, Spencer Krug avec les deux premiers albums de Moonface. Toutes proportions gardées, ce pourrait être pour Alex Ounsworth (le chanteur étant un des deux survivants du line-up de base avec le batteur Sean Greenhalgh) l’équivalent d’Heartbreaking Bravery (Cover Up qui termine l’album comme le faisait le terrifiant Let Your Cheek On Down). Ou alors leur Disintegration (As Always). Ce que du reste on avait déjà identifié sur leur album précédent.

Les synthés sont donc de la partie et souvent mis en avant. Mais ce n’est pas dans un but vintage mais pour conférer encore plus de puissance. Coming Down (avec Matt Berninger) ou Little Moments sont de grands et forts morceaux. Le gimmick de Beyond Illusion pourrait être joyeux et festif, mais le reste du morceau ne l’est vraiment pas et cet éloignement avec les morceaux sautillants de leurs débuts est maintenant consommé. Il reste cependant des mélodies, ce qu’on apprécie toujours (Only run)

Your Advice montre qu’ils ne peuvent pas tout réussir, cette déclamation sur fond de synthés est un peu inutile. Blameless est aussi une déclinaison d’autres morceaux plus réussis mais ces morceaux s’intègrent très bien à l’album.

Sur la longueur, c’est sans doute aucun ce qu’ils ont fait de mieux depuis leurs débuts. Franchement, vous auriez cru ça de 2014, vous ? C’est en tous cas une de mes bonnes surprises de ce début dans la catégorie ‘retour improbable’. Certains tatouages vieillissent bien après tout.

http://cyhsy.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)