Accueil > Musique > 2014 > The Antlers - Familiars

The Antlers - Familiars

mercredi 25 juin 2014, par Marc


Sans trop de tambours et avec un minimum de trompettes, The Antlers revient avec un nouvel album. On se laisse donc gentiment prendre par la main et pouf, quelques notes de piano plus tard, nous voilà donc repartis à l’aventure, dans le brouillard, la vapeur, dans les airs. La magnifique mélodie de Palace s’élève, on est d’emblée enveloppé d’ouate et ça ne changera pas.

La production est encore une fois parfaitement adaptée et tout à fait en adéquation avec l’effet désiré. Le chant reste en retrait dans le mix, et des effets l’entourent. Donc cet aspect tellement humain n’est pas pompier du tout. Et encore une fois, c’est le ressenti qui est le plus important. Alors que des artistes tentant un mélange chaud/froid semblable me laissent… froids (Aaron, Archive souvent), le chant de Peter Silberman trouve pour moi le juste équilibre entre expressivité et émotion. C’est un code, un ensemble de conventions. Une oreille distraite pourrait ranger cette musique dans un r’n’b soyeux, dans une soul blanche et elle n’aurait pas fondamentalement tort.

Surtout qu’ils n’hésitent pas à plonger de temps à autres dans des ambiances ambient/jazzy (Doppelganger) qui me semblent moins touchantes mais qui marquent une pause entre les plus manifestes réussites. Parmi lesquelles on rangera le très beau Director. Le riff désabusé du chorus final est en tous cas très réussi. Cette belle montée en neige poudreuse montre jusqu’où ils sont capables d’aller. C’est sans retenue, mais d’une dignité jamais démentie.

Difficile de défendre les Antlers parce que c’est leur charme discret qui plait tant, leur propension à créer un climat, à susciter des émotions sans presque le vouloir. Des effets un peu plus appuyés, un chant plus effacé encore, et le charme pourrait être rompu. Cet album plus cohérent et uniforme est cependant à deux vitesses, entre ceux où leur style est défendu de façon moins émouvante et d’énormes réussites qui nous hanteront encore longtemps.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)