Accueil > Critiques > 2014

The Antlers - Familiars

mercredi 25 juin 2014, par marc


Sans trop de tambours et avec un minimum de trompettes, The Antlers revient avec un nouvel album. On se laisse donc gentiment prendre par la main et pouf, quelques notes de piano plus tard, nous voilà donc repartis à l’aventure, dans le brouillard, la vapeur, dans les airs. La magnifique mélodie de Palace s’élève, on est d’emblée enveloppé d’ouate et ça ne changera pas.

La production est encore une fois parfaitement adaptée et tout à fait en adéquation avec l’effet désiré. Le chant reste en retrait dans le mix, et des effets l’entourent. Donc cet aspect tellement humain n’est pas pompier du tout. Et encore une fois, c’est le ressenti qui est le plus important. Alors que des artistes tentant un mélange chaud/froid semblable me laissent… froids (Aaron, Archive souvent), le chant de Peter Silberman trouve pour moi le juste équilibre entre expressivité et émotion. C’est un code, un ensemble de conventions. Une oreille distraite pourrait ranger cette musique dans un r’n’b soyeux, dans une soul blanche et elle n’aurait pas fondamentalement tort.

Surtout qu’ils n’hésitent pas à plonger de temps à autres dans des ambiances ambient/jazzy (Doppelganger) qui me semblent moins touchantes mais qui marquent une pause entre les plus manifestes réussites. Parmi lesquelles on rangera le très beau Director. Le riff désabusé du chorus final est en tous cas très réussi. Cette belle montée en neige poudreuse montre jusqu’où ils sont capables d’aller. C’est sans retenue, mais d’une dignité jamais démentie.

Difficile de défendre les Antlers parce que c’est leur charme discret qui plait tant, leur propension à créer un climat, à susciter des émotions sans presque le vouloir. Des effets un peu plus appuyés, un chant plus effacé encore, et le charme pourrait être rompu. Cet album plus cohérent et uniforme est cependant à deux vitesses, entre ceux où leur style est défendu de façon moins émouvante et d’énormes réussites qui nous hanteront encore longtemps.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)