Accueil > Musique > 2014 > Leaf House - LLEEAAFFHHOOUUSSEE

Leaf House - LLEEAAFFHHOOUUSSEE

lundi 30 juin 2014, par Marc


Savoir attendre qu’une mode passe, c’est peut-être le moyen le plus sûr de ne pas passer pour de vils copieurs. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face, après avoir entendu dix secondes de Leaf House, de très encombrantes références vous viendront immanquablement en tête. Disons tout de suite Animal Collective comme ça c’est fait.

Alors, oui, On dirait vraiment que Panda Bear et Avey Tare se sont déplacés sur Four Walls mais on se rend aussi compte que c’est le traitement des voix qui est la partie la plus référencée. Au fil des écoutes, on intègre progressivement cette donnée et on accorde son attention aux morceaux eux-mêmes et la gratification vient d’elle-même.

Notamment parce qu’ils savent varier les ambiances et les rythmes. Avec des temporisations et des remises en marche (Go Outside et sa basse bien ronde), de la grosse prise de densité sans perdre la fraicheur pop (Feel Safe) ou encore du soleil à tous les étages (Not That Sad). Parce qu’il y a des mélodies Four Walls comme des bidouilles électroniques plus poussées, avec rythme plus lancinant et voix encore plus triturées Spine Sippin.

On vous avait parlé de leur premier EP et là, c’est carrément mieux. Le groupe a grandi de deux tailles d’une fois. La première taille pour faire mieux la même chose. La seconde pour introduire de l’électricité dedans. C’est qu’il y a une vraie solidité. Pas de cache-misère électronique, ils ont trouvé une voie et s’y engouffrent avec un bel appétit. Dancing Shades a la puissance électrique des bons Grizzly Bear ou Department of Eagles. Oui, rien que ça…

Ne jouons pas les naïfs, il n’y a rien d’inattendu ou fondamentalement nouveau ici. Ce qui est réjouissant par contre, c’est la vigueur et l’entrain à faire de ce qui est devenu un poncif une jolie suite de morceaux qui collent parfaitement à l’ambiance estivale. Non, on n’avait presque rien vu venir. Le modèle étant parti vers d’autres cieux, la place vacante va décidément bien à ces Liégeois (sur le label Jaune Orange qui diversifie avec pertinence) qu’on n’attendait pas à ce niveau-là. Ah oui, ils arrivent à rendre tout ça sur scène, ce qui n’est pas une mince performance.

http://leaf-house.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)