Accueil > Critiques > 2014

Low Roar - 0

lundi 1er septembre 2014, par marc


On est toujours contents de dénicher du plaisir musical inédit. Mais une des autres satisfactions est de pouvoir suivre un artiste, le retrouver de temps à autres pour voir ce qu’il a décidé de nous offrir. Et le Californien Ryan Karazija a toujours beaucoup à nous proposer. A l’instar de Spencer Krug qui est allé puiser l’inspiration dans un exil à Helsinki (dont il est revenu du reste), Karazija est parti en Islande, île à la beauté soufflante (il paraît) qui est le terreau de bien belles choses musicales.

D’une délicatesse ultime dès le long premier morceau, Breathe In renoue le fil de cette musique. Ce qui nous vaut de bien jolies choses (Half Asleep, I’m Leaving), parfois simplissimes comme In The Morning et sa petite guitare. Mais il ne se cantonne pas à une seule manière, laissant souvent les morceaux prendre l’air.

Quelques notes basses, une nappe de synthé et puis cette voix toute douce, voilà Nobody Loves Me Like You qui est habillé. C’est un peu lent, répétitif, mais tout à fait jubilatoire. Encore une fois, c’est un album qu’il faudra aller chercher soi-même mais si vous aviez déjà aimé le précédent, vous savez tout ça. Le très beau Easy Way Out à écouter ci-dessous n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’extase discrète des Antlers (un très beau gimmick de spleen lourd) quand la fin bien ample de Phantoms va plutôt lorgner du côté de ses nouveaux voisins de Sigur Ros. Please Don’t Stop (Chapter 2) a droit lui aussi à ce traitement et c’est encore une fois très réussi.

Vocalement, on peut penser à ce qu’on entendrait si Hot Chip ralentissait le tempo avec des secousses telluriques (I’ll Keep Coming, I’m Leaving) C’est donc plus ouateux, plus porté vers le blottissement que vers une mélancolie pure et dure. Et les sensations sont là aussi.

Le pouvoir de fascination n’est plus le même sans doute, mais cette fois, Low Roar s’installe chez nous pour longtemps. Ecoute après écoute, 0 s’insinue et ne nous lâche plus. Ce n’est pas vraiment un coup de foudre, mais une affection qui grandit et qui ne cessera pas de sitôt.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)